Plus de 9233,5 milliards de F CFA illicitement sortis du Togo entre 2001 et 2011 : Fabre appelle le peuple togolais à dire non à ce régime de pilleurs.

image_pdfimage_print

jpf_02092014


En décembre 2013, l’ONG américaine Global Financial Integrity (GFI), dans son rapport annuel sur la sortie des flux illicites des pays en développement, décrivait l’évolution de ces flux de 2002 à 2011. Le Togo est classé 42ème pays au monde sur 144 en terme de flux illicites sortis des pays en développement sur cette période. Selon ce rapport, durant la période considérée, la somme astronomique de 9 233,5 milliards de F CFA sont sortis clandestinement du Togo dont 8 233 milliards de F CFA entre 2005 et 2011. Cette sortis illicite du Togo représente 2 000 fois celui du Sénégal.
 
Le président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), Jean Pierre Fabre, a analysé et commenté ce 02 septembre 2014, ce rapport au cours d’une conférence publique tenue à l’hôtel Eda-Oba à Lomé.
Ayant saisi au bond ce rapport, M. Fabre dira que ce montant du flux illicite du Togo représente l’équivalent de la totalité des dépenses budgétaires du Togo entre 2005 et 2008 qui est l’équivalent de 950,5 milliards de F CFA, selon le rapport annuel de la BCEAO.
 
Si on prend uniquement le sortis entre 2002 et 2004 qui est de 693 millions de dollars US soit 346,5 milliards de F CFA. Cette somme est supérieure à la totalité de la dette extérieure du Togo qui est d’environ 321,6 Milliard de F CFA.
 
Ce flux est en nette progression depuis l’arrivée au pouvoir de Faure Gnassingbé. Dès 2005, il est passé de 10, 08% entre 2002-2004 à 1860% entre 2005-2008, a déduit M. Fabre.
Selon, toujours Fabre, ce flux illicites représente 6,75% du PIB du Togo qui en 2012 est d’environ 1990 milliards de F CFA, l’un des plus faibles au monde selon la Banque de France.
 
Pour ce qui doute de la fiabilité des chiffres, M. Fabre leur répond que « C’est du travail sérieux qui a été réalisé par des économistes chevronnés qui n’ont aucun intérêt à raconter des histoires. C’est un travail scientifique. Nous savons que notre pays est pillé mais nous ne rendons pas compte du niveau du pillage et maintenant nous avons une idée maintenant c’est à nous de réagir ».
 
Selon lui, ces détournement justifient « le refus de faire les réformes, le refus de partager le gâteau, le refus de ne pas faire les réformes pour toujours se maintenir en place pour continuer et jouir du gâteau puisque papa a dit : « ne laissez jamais le pouvoir si vous le laissez vous ne le retrouverez jamais ».
 
Au regard de ces chiffres, le chef de file de l’opposition a appelé le peuple togolais à se mobiliser pour dire non à plus de 50 ans de pillage, d’incurie et d’irresponsabilité du système RPT/UNIR.
 
conf_jpf_eco_02092014
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*