Affaire Rocancourt : l’ex-secrétaire d’État socialiste Kofi Yamgnane placé en garde à vue

image_pdfimage_print

kofi_yamgnane-500


L’homme politique franco-togolais est soupçonné d’être impliqué dans l’affaire de corruption qui a valu une mise en examen à « l’escroc des stars ».
 
L’ancien secrétaire d’État PS Kofi Yamgnane a été placé en garde à vue mercredi matin dans le cadre de l’affaire de corruption qui a valu une mise en examen à Christophe Rocancourt, surnommé « l’escroc des stars », a indiqué à l’AFP une source judiciaire. Les juges Roger Le Loire et Charlotte Bilger, du pôle financier de Paris, soupçonnent notamment Christophe Rocancourt d’avoir tenté, contre paiement, de faire régulariser des situations administratives en lien avec des titres de séjour, selon une source proche du dossier. Le Monde écrivait lundi que Kofi Yamgnane aurait également été approché pour intervenir auprès des autorités françaises pour faciliter une régularisation.
 
Ancien secrétaire d’État aux Affaires sociales et à l’Intégration (1991-1992) puis à l’Intégration (1992-1993) dans les gouvernements Cresson et Bérégovoy, Kofi Yamgnane avait ensuite été élu député PS du Finistère de 1997 à 2002. Kofi Yamgnane, qui possède la double nationalité française et togolaise, avait également tenté de se présenter à la présidentielle togolaise en 2010, mais sa candidature avait été rejetée par la cour constitutionnelle togolaise.
Stars abusées
 
Dans l’affaire qui lui vaut d’avoir été placé en garde à vue, Christophe Rocancourt a été mis en examen le 9 octobre, notamment pour escroquerie, trafic d’influence actif et blanchiment de fraude fiscale, et placé en détention provisoire. Sa compagne, l’un de ses avocats, Me Marcel Ceccaldi, l’ex-patron du GIGN Christian Prouteau et un notaire ont également été mis en examen, mais laissés en liberté.
 
Christophe Rocancourt s’était rendu célèbre en se faisant passer dans les années 1990 pour un héritier du milliardaire américain Rockefeller, abusant ainsi plusieurs stars de Hollywood. Il avait purgé cinq ans de prison aux États-Unis pour ces escroqueries. En février 2012, il avait été condamné en France à seize mois de prison, dont huit mois ferme, et à 578 000 euros de dommages et intérêts pour abus de faiblesse au préjudice de la cinéaste Catherine Breillat, à qui il avait extorqué plus de 700 000 euros.

 
AFP
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*