Ahoomey-Zunu appelle à une mobilisation des forces contre la criminalité transnationale

image_pdfimage_print

ahoumey-zunu_03oct2013_500


La question de la criminalité transnationale, menace pour la stabilité sociopolitique et économique continue de préoccuper des 15 Etats membres de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dont les ministres de la sécurité se sont réunis samedi à Lomé sous l’onction du premier ministre, Arthème Séléagodji Ahoomey-Zunu, a appris l’Agence de presse Afreepress.
 
Ce 11ème forum des ministres de la sécurité vient à la suite de la réunion des chefs de police et de renseignement des Etats de la CEDEAO il y a quelques jours à Lomé sur la même question
 
Cette rencontre sous régionale intervient, selon M. Ahoomey-Zunu, dans un contexte marqué par l’internationalisation du crime. La mobilisation des Etats de l’Afrique de l’ouest est la seule solution pour relever le défi sécuritaire dans l’espace sous régionale, a-t-il appelé.
 
« Les défis sécuritaires qui se posent à notre espace ne peuvent recevoir de réponses efficaces que si nous nous conjuguions nos efforts, notamment en matière de renseignement pour être proactifs et éviter toujours de faire subir la conséquence à nos populations. Nous devons mobiliser tous les moyens nécessaires pour affronter ces défis qui constituent de graves handicaps pour notre développement économique et social, à la paix et à la stabilité des Etats.
 
Pour lui, pas d’indifférence ni de complaisance face à ce qui se produit comme forme de criminalité et de terrorisme dans un quelconque Etat de la sous-région, notamment le terrorisme, la contrefaçon des médicaments, le trafic des espèces sauvages protégées et la piraterie maritime.
 
Le chef de l’Etat togolais s’est transformé lors de la 69ème Assemblée générale des Nations Unies à Washington aux Etats-Unis il y a quelques jours, en défenseur des espèces sauvages protégées en appelant ses pairs du monde entier à la prise de mesures plus efficaces contre le trafic de ces espèces.
 
« Nous devrions aller beaucoup plus loin parce que si votre Etat est sécurisé et l’Etat d’à-côté n’est suffisamment sécurisé, le terroriste qui entre dans cet Etat, peut vous affecter également. C’est la raison pour laquelle nous voulons actuellement mettre tout en œuvre pour que nous soyons tous au même niveau de défense et de sécurité et que nous nous préoccupions de la sécurité de nos Etats respectifs mais aussi de chacun des Etats de la CEDEAO », a expliqué le président de forum, le ministre de l’intérieur ghanéen, Owen Woyongo Mark.
 
Telli K.
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*