Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Selom Klassou a représenté ce vendredi Faure Gnassingbé à l’investiture du président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, réélu démocratiquement début octobre 2016 (officiel). | Mettre la pression pour les réformes : CAP 2015 en tournée fin août à partir de Tône (nord) | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.
 

Alberto Olympio annonce les couleurs de la suite de sa lutte à Dégbenou : le fichier électoral ou la saisine de la communauté internationale

image_pdfimage_print

alberto_combat_fichier_electoral


Le président du Parti des Togolais, Alberto Olympio n’est pas de ceux qui baissent les bras devant les difficultés. Ce samedi, c’est devant les populations de Dégbénou dans la préfecture des Lacs (45 km à l’est de Lomé) qu’il a dévoilé les différentes étapes de sa lutte pour un fichier électoral « propre » en vue de la présidentielle de 2015.« Si la Cour constitutionnelle que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a saisie, décide de se mettre au travers du code électoral pour ne pas mettre à la disposition des partis politiques qui en font la demande, le fichier électoral, je saisirai la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), l’Union africaine (UA), l’Organisation des Nations Unies (ONU), l’Union européenne (UE), la France, bref la communauté internationale pour la mettre au fait de ce qui se passe au Togo et pour qu’elle se prononce », a-t-il mis en garde.
 
Mais avant, l’ingénieur informaticien, président directeur général de AXXEND Corporation a pris le soin d’expliquer aux populations visitées, les raisons qui ont conduit à son refus de déposer sa candidature pour ce qu’il qualifie de « mascarade électorale » du 15 avril 2015.
 
«Aujourd’hui, le gouvernement, par le biais de la CENI, a décidé d’ignorer et de ne pas respecter la loi togolaise. Pourquoi refuser que nous ayons accès au fichier électoral alors que la loi nous y autorise? Nous n’allons pas accepter cela, nous allons continuer le combat jusqu’au bout, nous n’allons pas faire économie de souffle tant que la vie et le bien-être des Togolais sont en danger. J’ai fait la promesse que je ne trahirai jamais les Togolais et ce n’est pas aujourd’hui, à la veille des élections que je vais le faire», a-t-il rappelé.
 
Après avoir rappelé que si l’opposition va à cette élection dans les conditions actuelles, elle sera battue « à plate couture » par le pouvoir, Alberto Olympio a fait savoir aux habitants de Dégbénou qu’il n’a pas abdiqué. « « Si je me suis lancé en politique, c’est pour une seule raison, voir les conditions de vie des Togolais s’améliorer, avoir accès à l’éducation, la santé, l’emploi, à l’eau potable et autres. Aujourd’hui, le peuple togolais veut le changement, une élection transparente, je veux la même chose, c’est ça qui explique ma présence ici aujourd’hui », a-t-il expliqué.
 
Selon lui, seule la pression peut faire céder le pouvoir dans la droite ligne de l’organisation d’une élection présidentielle qui ne donne pas les mêmes chances à tous les candidats.
 
«Il n’est tard, les Togolais feront tout pour avoir leur victoire. Aujourd’hui, si Alberto Olympio parle seul pour réclamer l’audit, ils peuvent refuser et faire le coup de force qu’ils sont en train de faire en ce moment. C’est avec bonheur que j’ai appris que le Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP 2015) réclame aussi la même chose et bientôt, c’est tout le Togo qui va se lever pour réclamer cela, pour dire que nous ne voulons plus des élections non transparentes au Togo », a-t-il poursuivi.
 
Si tel n’est pas le cas, a-t-il prévenu, le Togo va tout droit vers des violences post-électorales comme ce fut le cas après l’élection présidentielle de 2005. « Je ne veux pas du tout cela pour mon pays. Nous avons encore le pouvoir de nous arrêter, d’aller faire l’audit du fichier pour éliminer tout ce qui ne va pas dedans, afin de pouvoir convoquer un nouveau corps électoral », a ajouté le président Olympio.
 
En réponse à ses explications, le peuple Guin de Dégbénou a témoigné son soutien au président du Parti des Togolais et lui a promis d’implorer la grâce des ancêtres sur lui, pour qu’il réussisse sa lutte.
 
« Le peuple Guin veut suivre Alberto Olympio parce que la ligne directrice de sa politique répond aux besoins du peuple togolais», a martelé le délégué de Gounoukopé, Akpi Rafael.
 
A son arrivée, Alberto Olympio et sa délégation ont été accueillis par les chefs traditionnels de la localité à travers une cérémonie de bienvenue, avant de se rendre dans le temple SEMPE, le palais royal de NAA-ADOUKOE AKUE VIII, la reine de Dgbénou.
 
Mathurin A.
 
source : afreepress
 

Commentaires

comments

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

*

Publié le 8 mars 2015


Catégorie(s) : Actualités
Tags : , , , , , ,

"Je suis Jean-Pierre FABRE, je ne suis pas à vendre ni à acheter. Je ne vénère pas l'argent."



A LA UNE


Spolié mais stoïque, ce peuple mérite mieux. Mais, c'est écrit, il y aura l'alternance au Togo.


:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer