Amnesty international : Un nouveau rapport accablant pour le Togo

image_pdfimage_print

faure1_v


Togo – Amnesty international vient de publier un nouveau rapport qui porte sur la période 2013-2014. Un rapport qui fait observer, entre autres, les allégations de torture, l’usage excessif de la force par les forces de l’ordre, et aussi les mauvaises conditions de détention carcérales, le tout dans un environnement d’impunité assuré par le gouvernement
 
Selon Aimé Addi, le directeur exécutif de l’organisation internationale de défense des droits de l’homme au Togo, la situation des droits de l’homme dans notre pays a été une nouvelle fois préoccupante, sur la période 2013-2014. Il pointe principalement du doigt la question d’allégation de torture dont ont été victimes plusieurs personnes, surtout dans l’affaire des incendies des marchés.
 
« Nous pensons que l’Etat devrait engager des enquêtes très rapidement pour éclaircir l’opinion, mais ceci n’a pas été fait. Nous notons aussi des morts en détention. À titre d’exemple, l’affaire Étienne Yakanou », a t-il déploré, avant de relever le recours excessif à la force notamment dans l’affaire du trafic du carburant à Aného, avec la mort de Ayovi Koumako touché par balle lors de la descente musclée des forces de l’ordre dans la localité, appuyés par les militaires.
 
Autre préoccupations d’Amnesty international sur la période 2013-2014 dans notre pays, la question de la liberté d’expression avec la détention d’Olivier Poko Amah, président de l’Association des victimes de la torture au Togo (Asvitto) qui a indiqué à l’ONG, des menaces de mort. Libéré entre-temps, il a dû fuir le pays pour avoir la vie sauve. Le cas des personnes encore détenues dans l’affaire de tentative de coup d’Etat intéresse également Aimé Addi et son organisation.
 
« Nous notons que la question des recommandations de la Commission des droits de l’homme sur cette affaire n’est pas encore liquidée. On est très loin de l’application de ces recommandations. Tout au moins, nous sommes inquiets de la manière dont le gouvernement les traite », a indiqué le directeur exécutif de l’ONG britannique de défense des droits de l’homme au Togo.
 
Alioune Tine, son représentant régional en Afrique du centre et de l’ouest, a aussi insisté sur le cas du Togo, dans une interview qu’il a accordé ce mercredi à nos confrères de Rfi, Radio France internationale. La réaction du gouvernement face à ce nouveau rapport accablant est attendue.
 
source : kusasa news
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*