Il est
Flash info :: | Togo: deux militaires et deux adolescents tués dans des violences à Sokodé (gouvernement) | | Violences du 16 octobre à Sokodé: le Gouvernement dénonce “des actes à visée terroriste“ et avance le chiffre “d’une vingtaine de blessés enregistrés parmi les civils et les forces de sécurité“ (communiqué). | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.



Après Faure, UNIR rampe sous Compaoré à Ouaga

image_pdfimage_print

faure_blaise_520

Il faut reconnaître que le pouvoir de Faure Gnassingbé est sérieusement coincé sur cette question de réformes institutionnelles et constitutionnelles que le fils héritier a laissées trainer depuis plus de huit ans après l’accord politique global d’août 2006.

Et justement dès que le dialogue arraché de force à ce régime a commencé avec les partis politiques de l’opposition, le pouvoir se voit d’emblée dos au mur, puisque l’ensemble des réformes qui sont préconisées relèvent du simple bon sens.

C’est justement dans cette situation de faiblesse, que le fils héritier est allé faire amende honorable chez Blaise Compaoré il y a une semaine ainsi que chez Ouattara, un autre poids lourd de la sous-région Ouest africaine.

Mais cela ne suffit pas pour convaincre ces Chefs d’Etat de la bonne foi, subitement manifestée du prince togolais. Et en renfort, il a dépêché à Ouaga, une délégation de UNIR pour négocier des formules atténuantes par rapport aux points de réformes inscrits à l’ordre du jour de ce dialogue.

Vendredi donc, une délégation se réclamant de UNIR a pris le vol pour Ouagadougou où elle est supposée rencontrer le président Burkinabè, Blaise Compaoré.

Sur le principe, il n’y a pas grand-chose. C’est tout simplement de bonne guerre que de chercher des alliés et des soutiens surtout en de pareilles situations difficiles comme celle dans laquelle le fils héritier et son pouvoir se retrouvent en ce moment.

Mais le hic, c’est justement dans la nature même des éléments que ce parti a envoyés à Ouadougou. Voilà donc un parti qui se dit présidentiel, qui est né depuis deux ans, et qui n’a aucune charpente, ni structure légalement constituée.

Du coup, les gens qui sont dépêchés à Ouagadoudou et qui se réclament de UNIR n’ont aucune qualification, ni titre officiel. Ils sont choisis de force par le prince pour lui venir en aide dans cette situation difficile. Comment vont-ils se présenter à Compaoré ?

Qu’ils sont juste des membres du bureau provisoire du parti présidentiel ? Qu’ils sont députés du parti de Faure ? Quelle honte !!!

Mais qu’à cela ne tienne, il y a des choses que l’on ne peut plus contourner. Les réformes qui sont préconisées visent après tout à donner au Togo, l’identité d’un pays démocratique.

Que Faure envoie des missions ici ou là ou pas, qu’il traîne sur le temps ou pas, qu’il joue au dilatoire ou pas, le pays doit immanquablement avancer et tout va commencer par ces réformes.

Il est alors question pour le fils héritier de montrer aux togolais s’il est démocrate ou pas. Ici, être démocrate implique forcément un attachement aux valeurs républicaines, les quelles valeurs s’identifient aisément dans l’action et non dans les paroles.

Le champ des réformes, notamment sur la limitation des mandats et le mode de scrutin à deux tours est un test idéal pour le fils héritier. Va-t-il jouer uniquement son intérêt personnel ou celui du peuple dans son ensemble ?

C’est là que se situe tout le débat. Dans tous les cas, il est inadmissible que l’on continue d’user abusivement des actes malhonnêtes et incongrus posés par le feu général au temps chaud de sa dictature alors que son successeur est supposé être là pour corriger ceux-ci.

Qui peut objectivement comprendre que depuis huit ans, le fils du feu général n’a pas été capable de réparer le tort que son père a causé aux togolais en modifiant de façon unilatérale en 2002, la Constitution que les togolais se sont donné en 1992 et qu’il veuille, 10 ans après s’en prévaloir encore ?

Comment compte-t-il se défendre devant les Chefs d’Etats chez qui il va et envoie des missions ?

En principe, l’on n’a pas besoin de dialogue pour engager des réformes sur tous ces points si seulement ceux qui régentent ce pays étaient animés d’un minimum d’élégance et d’honnêteté.

C’est curieux qu’ils ne se rendent pas compte que leur résignation à faire les réformes et leur tendance à voulir discutailler sur des détails inutiles trahissent aisément leur avidité immorale à s’accrocher au pouvoir sans raison objective !

Mais tout compte fait, Msr Barrigah a bien fait d’accepter cette médiation pour laquelle il a été sollicité par l’ensemble des parties prenantes au dialogue.

Il lui appartient désormais d’user de toute sa diplomatie et du tact qui lui sont reconnus par tous y compris le Prince, pour faire de ce dialogue une réussite et permettre au Togo d’engager enfin les réformes institutionnelles et constitutionnelles tant attendues au Togo.

 
togoinfos
 

Commentaires

comments

Publié le 26 mai 2014 dans Envoyez cet article à un ami

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*



Obama et le PDG de Facebook

Obama taquine le jeune PDG de Facebook cravaté


Mme ADJAMAGBO: La CENI, pour être efficace, travailler de manière impartiale, doit être indépendante

Le conclave sortira un document. Attendez que nos pourparlers prennent fin et vous aurez ce document


:: FLASH INFO :: Faure GNASSINGBE s’exprimera incessamment au peuple sur les divergences politiques de l’heure (ministre SESSENOU). ‎
:: FLASH INFO :: Togo: l’internet mobile toujours coupé avant de nouvelles manifestations de l’opposition ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: Togo: nouvelle manifestation de masse à Lomé à l’appel de l’opposition ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer