Il est
Flash info :: | La France suit avec préoccupation la situation au Togo. Nous condamnons fermement les violences récentes qui ont fait plusieurs victimes et appelons les parties à l’apaisement et à entamer un dialogue (ministère français des Affaires étrangères). | | Togo : Messenth Kokodoko, un des responsables du Mouvement NUBUEKE enlevé | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.



Assassinat de Sinandaré et Sinanlengue : L’hypocrisie de Faure Gnassingbé devant les familles des victimes à Dapaong

image_pdfimage_print

faure_dapaong_campagne

Faure Gnassingbé était loin de son palais ce samedi. Il était à l’extrême Nord du Togo, précisément à Dapaong, pour une simple (sic) distribution de matériels agricoles. Une opération de charme et une précampagne électorale qui ne disent pas leur nom. A l’occasion, l’hôte des lieux s’est souvenu des deux élèves tués dans cette même ville par sa soldatesque et a demandé une minute de silence en leur mémoire. Un hommage hypocrite quand on sait que ses promesses sur l’établissement de la vérité sont restées sans effets.

Précampagne électorale tacite

Distribution du matériel agricole à des paysans. C’est l’événement qui a conduit le Prince ce samedi à Dapaong. 140 égreneuses de maïs, 09 décortiqueuses de riz et 32 bâches, ce sont là les matériels qui ont été offerts aux agriculteurs par Faure Gnassingbé himself. Faure se donner toute cette peine pour si peu ? Il ne faut pas être devin pour se rendre à l’évidence d’une opération de charme inscrite dans la précampagne électorale de 2015. Rappelons que pour les besoins de la cause, Faure Gnassingbé était accompagné de presque tout son gouvernement au complet pour ce geste simple, et des agriculteurs ont été décorés. Dix (10) d’entre eux ont reçu l’ordre du mérite agricole tandis que vingt (20) autres ont été faits chevaliers du mérite agricole. Et pour ceux qui l’ignorent, il ne s’agit là que du premier round de la distribution de matériels agricoles ; une autre manche est donc attendue. Les bénéficiaires l’ont rendu si bien au donateur dans leurs propos de remerciement.

Parlant de précampagne électorale, elle a commencé depuis un bout de temps, avec le tout premier produit du fameux Fonds national de la finance inclusive (Fnfi), l’Accès des pauvres aux services financiers (Apsef), un programme qui voit remettre une modique somme de trente mille (30 000) FCFA aux pauvres dames pour exercer des activités. C’est un véritable boucan médiatique qui est fait autour et le geste est récupéré au profit du Prince. Depuis le démarrage effectif dudit programme, les éditions télévisées du journal sur la TVT sont « FNFIsées » ou « APSEFisées ». Il arrive que deux à trois éléments soient passés sur l’octroi de ces prêts dans le même journal. Le micro est souvent tendu aux bonnes femmes bien aux anges qui louent le Prince, pour avoir réussi à leur faire prêter 30 000 FCFA – au 21e siècle et après un demi-siècle de règne des Gnassingbé – afin de mener des activités génératrices de revenus. Il ne manquait juste qu’elles appellent ouvertement la population à voter pour lui en 2015. Comme nous l’avions pressenti dans un article au lancement de cette trouvaille du siècle au Togo, le Fnfi est décidément le Nafa de 2015.

Hommage à Sinandaré et Sinanlengue…

C’était l’un des à-côtés de la cérémonie ce samedi à Dapaong. Faure Gnassingbé a demandé à l’assistance d’observer une minute de silence en mémoire des deux élèves tués par sa soldatesque dans la ville le 15 avril 2013 en marge des manifestations d’écoliers, Anselme Sinandaré et Douti Sinanlengue. Rappelons que le premier a été froidement abattu par des tirs à bout portant des agents des forces de l’ordre déployés à leurs trousses et le second a succombé aux coups de bottes, de crosses et autres maltraitances de leur part 48 heures plus tard. Cette minute de silence était une façon pour Faure Gnassingbé de leur rendre hommage ; mais le geste est teinté d’hypocrisie grandeur nature qui mérite d’être relevée.

Selon les sources, le Prince ne s’est même pas donné la peine de prononcer les noms des deux élèves martyrs. Peut-on alors y voir du sérieux ? Et si Faure Gnassingbé s’était juste vu contraint d’observer cette minute de minute parce qu’étant à Dapaong ? Les réactions n’ont en tout cas pas manqué de la part des compatriotes sur la toile. Morceaux choisis : « C’est se moquer des familles des victimes, une minute de silence en lieu et place de la justice. Il faut rendre compte de la procédure en cours » ; « Ah, mon frère Faure joue la comédie. Je suis sûr qu’il ne connait pas les noms des deux enfants martyrs. Son esprit est-il si occupé par d’autres choses? Je présume que c’est séance tenante que quelqu’un lui a soufflé de parler des deux enfants morts. S’il y avait pensé avant de venir a Dapaong, il aurait fait une déclaration plus convaincante et pertinente » ; « Une minute de silence et puis c’est tout ? On vous demande de retrouver et punir les assassins de ces deux jeunes ! C’est tout aussi simple que cela, non ? Vous pensez que vos minutes de silence peuvent dissuader la cohorte de méchants qui vous entoure de continuer par tuer ? ». Ces réactions sont assez légitimes et posent une sérieuse problématique : l’étouffement de la vérité dans cette affaire.

… Faure muet sur ses engagements, les assassins bien protégés

Faure Gnassingbé avait attendu onze (11) jours après la survenue des événements et son allocution du 53e anniversaire de l’indépendance du Togo pour aborder le sujet, malgré l’émoi que ces tueries avaient suscité. Et il avait joué au père compatissant, touché par cette tragédie et prêt à tout pour la manifestation de la vérité et la justice pour ces martyrs.

« Nos enfants sont ce que nous avons de plus cher. Ce sont eux qui doivent mobiliser toute notre énergie. Ils sont notre priorité absolue !…Je voudrais saisir l’occasion qui m’est offerte ce jour, pour condamner fermement l’acte inconsidéré qui a coûté la vie au jeune Anselme Gouyano Sinandare, précocement arraché à notre affection, durant les récents évènements. Je m’incline devant sa mémoire, et réitère à la famille éplorée ma peine profonde et toute ma compassion ainsi que les sincères condoléances du Gouvernement », avait-il déclamé dans son allocution du 26 avril 2013, avant de donner des espoirs quant à la manifestation de la vérité. « Nous laissons à présent à la justice qui est saisie, le soin de sanctionner ceux qui méritent de l’être, afin qu’à l’avenir, de tels drames ne se reproduisent plus au Togo. Cette mort tragique qui a endeuillé toute la nation togolaise, nous rappelle aussi que la violence est une impasse. Elle souligne une fois de plus, la nécessité de privilégier en toutes circonstances le dialogue et la concertation. Je garde aussi bon espoir, que l’enquête ouverte suite au décès du jeune Sinanlengue Douti, puisse aboutir dans les meilleurs délais, afin que toute la lumière soit faite sur les circonstances exactes dans lesquelles ce décès est survenu. J’exprime d’ores et déjà toute ma compassion à la famille éplorée et tiens à lui réitérer la solidarité de l’ensemble du Gouvernement ».

Ces propos ont été tenus, disions-nous, depuis la veille du 53e anniversaire de l’indépendance du Togo. Bientôt treize (13) mois après, où en sont les enquêtes ? Qui sont les assassins ? Quelles sanctions leur ont-elles été infligées ? Dieu seul sait. Non seulement Faure Gnassingbé a oublié ses engagements pris, mais en plus toutes les démarches des proches des défunts pour la manifestation de la vérité se sont révélées vaines. Mieux, le pouvoir s’est employé à l’empêcher. Ce n’est pourtant pas la volonté qui a manqué aux responsables de la Synergie des travailleurs du Togo (Stt). Ils ont multiplié les appels, menacé de saisir ou saisi la Cour de justice de la Cédéao devant l’indifférence du gouvernement ; mais rien n’y fit. Le corps de Douti Sinanlengue est resté à la morgue depuis le 17 avril 2013 où il a rendu l’âme jusqu’au 8 ars 2014, sa famille exigeant de connaitre les circonstances de son décès avant toute inhumation et croyant pousser ainsi le gouvernement à s’exécuter. Mais elle a fini par abdiquer devant l’inaction du pouvoir et enterré son fils. Le corps est donc resté à la morgue onze (11) mois durant. En lieu et place de la vérité, le pouvoir a plutôt cherché à soudoyer les membres de la famille. Plus d’un an après ces meurtres, les familles défuntes ne connaissent toujours pas les circonstances de la mort de leurs fils, les enquêtes promises ne sont restées que lettres mortes, et les assassins protégés. Faure Gnassingbé a curieusement oublié ses promesses d’alors lorsqu’il s’est retrouvé devant les familles défuntes ce samedi à Dapaong. C’est ici que les hommages qu’il a cru devoir rendre aux martyrs sont teintés d’hypocrisie dose adulte.

Tino Kossi

Liberté Togo

 

Commentaires

comments

Publié le 21 mai 2014 dans Envoyez cet article à un ami

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*



Obama et le PDG de Facebook

Obama taquine le jeune PDG de Facebook cravaté


Mme ADJAMAGBO: La CENI, pour être efficace, travailler de manière impartiale, doit être indépendante

Le conclave sortira un document. Attendez que nos pourparlers prennent fin et vous aurez ce document


:: FLASH INFO :: Faure GNASSINGBE s’exprimera incessamment au peuple sur les divergences politiques de l’heure (ministre SESSENOU). ‎
:: FLASH INFO :: Togo: l’internet mobile toujours coupé avant de nouvelles manifestations de l’opposition ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: Togo: nouvelle manifestation de masse à Lomé à l’appel de l’opposition ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer