Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Selom Klassou a représenté ce vendredi Faure Gnassingbé à l’investiture du président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, réélu démocratiquement début octobre 2016 (officiel). | Mettre la pression pour les réformes : CAP 2015 en tournée fin août à partir de Tône (nord) | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.
 

« Baliverne », un mot que les politiciens Togolais allaient inventer s’il n’existait pas

image_pdfimage_print

bawara_gilbert_600


Togo – Les politiciens Togolais se raffolent d’un mot. Ils sont nombreux à l’employer ces derniers moments pour exprimer leur désarroi. Il s’agit du mot « baliverne ».
 
Le président du comité d’action pour le renouveau (Car) l’a employé ce mercredi, en balayant les revers de main, une question sur l’éventualité d’une entrée du Car dans le prochain gouvernement au Togo.
 
« En réalité pour cette question, je devrais être cinglant. Nous avons dit ce qui nous préoccupe. Ce qui va être heureux pour nous, ce sont les reformes. Ce qui préoccupe notre pays aujourd’hui, ce n’est pas d’entrer dans un gouvernement. Les gens disaient que nous sommes prêts à entrer dans le gouvernement. Je dis ce sont des balivernes. Tout ca, c’est des balivernes », a-t-il indiqué.
 
Le mot est lâché mais le président du comité d’action est pourtant le troisième homme politique à employer ce mot ces derniers temps.
En réalité le politicien qui peut revendiquer la primauté de l’usage de ce mot dans l’arène politique togolais ou du moins qui l’a employé avec délectation ces derniers moments est incontestablement le ministre Gilbert Bawara de l’Union pour la République. Accordant une audience au Président du parti des Togolais qui lui parlait entre autres de l’audit du fichier, il a fait recours à ce mot pour qualifier tout l’argumentaire du président du Parti des Togolais.
« Quand je parlais, le ministre Bawara disait que je dis les balivernes », a déclaré Alberto Olympio a sa sortie des bureaux du ministre Bawara.
Le président du parti des Togolais a comme une réponse du berger à la bergère qualifié sur une radio de la place les agissements du ministre Bawara de « baliverne ».
 
Le mot baliverne a du vent en poupe chez les politiciens au Togo. Peut être qu’il a de beaux jours devant lui mais dans tous les cas, ce mot peut se réjouir d’avoir été au centre de l’attention.
Germain Doubidji
 
Source : | Togotopnews.com..
 

Commentaires

comments

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

*

Publié le 14 mai 2015


Catégorie(s) : Politique
Tags : , , ,

"Je suis Jean-Pierre FABRE, je ne suis pas à vendre ni à acheter. Je ne vénère pas l'argent."



A LA UNE


Spolié mais stoïque, ce peuple mérite mieux. Mais, c'est écrit, il y aura l'alternance au Togo.


:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer