Que cachent les discussions du Premier ministre avec les Centrales syndicales : Couper l’herbe sous leur pied ou les bluffer ?

image_pdfimage_print

ahoumey-zunu-53e-congres


© togoactualite – Près de deux ans après son adoption, le statut général de la fonction publique n’est pas encore appliqué. Les négocia tions pour son application trainent ce qui n’est pas du goût de la Synergie des travailleurs du Togo (STT) qui sonne la mobilisation en vue de l’intégration des incidences financières de ce statut dans le budget de l’année prochaine. Pour couper l’herbe sous le pied de la Synergie, qui selon nos sources, entame dans les jours à venir une mobilisation des fonctionnaires pour finir avec leur plateforme revendicative, le gouvernement a rencontré ce 13 octobre à la Primature les responsables des centrales syndicales et la STT.
 
Au centre des discussions, l’adoption du décret d’application du statut général de la fonction publique. Pour le Premier ministre, il s’agit d’une part, de recueillir la confirmation des syndicats que le document adopté recueille leur assentiment avant la prise de décret et d’autre part, recueillir d’autres points des syndicats.
 
A l’issue de cette discussion, aucune décision n’a été prise. Tout en reconnaissant un petit pas du gouvernement, les syndicats ont pris l’engagement d’aller consulter leur base avant toute conclusion.
La question de l’OTR, des retraités et des indemnités de départ à la retraité été également abordée.
 
Depuis que ce statut a été voté en janvier 2013, le gouvernement a toujours retardé son traduction en terme pécuniaire sur le salaire des fonctionnaires, utilisant du dilatoire et comptant sur l’essoufflement du mouvement, préférant leur verser une prime forfaitaire. Il a fallu que la STT ne sonne l’alerte pour que cette réunion ne soit convoquée à quelques semaines du vote du budget 2015.
 
Ce qui est sûr, le gouvernement ne peut se permettre de ne pas prendre en compte l’augmentation des salaires des fonctionnaires en cette année électorale, et avoir les revendications sociales à gérer. Ce ne sera pas une bonne chose pour le président sortant.
 
Si l’hypothèse d’une augmentation sera acquise, il restera à savoir à l’ordre de combien sera-t-elle.
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*