Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Selom Klassou a représenté ce vendredi Faure Gnassingbé à l’investiture du président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, réélu démocratiquement début octobre 2016 (officiel). | Mettre la pression pour les réformes : CAP 2015 en tournée fin août à partir de Tône (nord) | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.
 

CAN-2015 : Nuit de folie en Côte d’Ivoire après la victoire des Éléphants

image_pdfimage_print

can2015_liesse_ci

Klaxons, cris, danses… la Côte d’Ivoire a vécu une nuit de folie après la victoire dimanche de ses Eléphants en finale de la Coupe d’Afrique des Nations, 23 ans après leur dernier sacre continental.

 

A Abidjan, des grappes de supporteurs, ivres de joie hurlaient à chaque coin de rue au passage des voitures, dont beaucoup étaient ornées du drapeau national.

 

« La malédiction est enfin terminée ! Les rois de l’Afrique, ce soir, ce sont les Ivoiriens », s’enthousiasmait Alexandre, un étudiant venu comme plus d’un millier d’Abidjanais suivre le match sur les écrans géants du campus de l’université de Cocody (nord).

 

« L’histoire s’est répétée. Comme en 1992, nous avons battu le Ghana aux tirs au but. Maintenant nous avons une deuxième étoile sur le maillot. C’est l’un des plus beaux jours de ma vie », se réjouissait Moussa, aux joues peintes en orange, vert et blanc, les couleurs ivoiriennes.

 

Embrassades, courses furieuses, danses frénétiques : l’ambiance a viré à l’hystérie quand Coppa Barry, le gardien des Eléphants, a marqué au terme d’une séance de tirs au but interminable, offrant le sacre à la Côte d’Ivoire (0-0, 9 à 8 aux tirs au but).

 

« Coppa ! Coppa ! », scandait la foule quelques minutes plus tard, pendant que le gardien soulevait le trophée, rendant hommage à son héros.
« On a gagné la Coupe du monde », observait mystérieusement la petite Adi, 11 ans, sourires jusqu’aux oreilles et pieds nus devant un maquis (bar extérieur) de la capitale économique ivoirienne.

 

« On a pleuré pendant des années mais on mérite cette Coupe. Aujourd’hui on est tous derrière cette équipe : c’est l’union nationale », souriait Ahmed.

 

- Côte d’Ivoire ’réconciliée’-

 

La Côte d’Ivoire en a cruellement manqué, après une décennie de crise politico-militaire, dont les violences postélectorales de 2010-2011, qui ont fait plus de 3.000 morts, ont constitué l’épilogue.

 

Les Eléphants, bombardés instrument d’unité nationale alors que leur pays était coupé en deux de 2002 à 2011, ont longtemps failli à remplir leur mission. Jusqu’à ce dimanche de rêve.

 

« La Côte d’Ivoire est réconciliée ce soir. On n’a pas besoin des politiciens pour nous réconcilier. Les Eléphants l’ont fait ! », commentait Mamadou Soro, un inspecteur d’éducation, depuis Bouaké (centre), deuxième ville du pays, où les motos en parade croisaient des habitants extatiques, souvent torses nus.
Le régime ivoirien, le président Alassane Ouattara en tête, cherchera à surfer sur cette vague d’euphorie, à neuf mois de la présidentielle d’octobre 2015.

 

Son parti, le Rassemblement des républicains (RDR) a mis quelques minutes à peine pour saluer dans un communiqué dithyrambique le « brio » de ses champions.

 

Trop vite peut-être, puisqu’il s’est trompé sur le lieu de leurs exploits, confondant la « Guinée Bissau » avec la Guinée équatoriale, où le tournoi a effectivement eu lieu.

 

« On a une équipe formidable et un entraîneur hors pair. Cette équipe a été cohérente et solidaire. Bravo à eux ! », a félicité le président Ouattara sur les antennes de la télévision nationale, avant d’appeler les Ivoiriens à accueillir lundi matin leurs idoles au stade Félix Houphouët-Boigny, l’enceinte nationale.

 

D’ici là, la Côte d’Ivoire devrait avoir du mal à trouver le sommeil. « La fête va durer toute la nuit ! C’est un moment historique », affirmait une étudiante, qui ajoute : « Je n’étais même pas née en 1992″, jusqu’alors l’année de l’unique victoire des Eléphants à la CAN.

 

SOURCE : AFP

 

Commentaires

comments

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

*

Publié le 9 février 2015


Catégorie(s) : CAN
Tags :

"Je suis Jean-Pierre FABRE, je ne suis pas à vendre ni à acheter. Je ne vénère pas l'argent."



A LA UNE


Spolié mais stoïque, ce peuple mérite mieux. Mais, c'est écrit, il y aura l'alternance au Togo.


:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer