Candidat +unique+ de l’opposition : L’oiseau rare connu, après le congrès de l’ANC prévu en octobre

image_pdfimage_print

eric_dupuy_500

Les responsables du Collectif Sauvons le Togo (CST) et de la Coalition Arc-en-ciel s’activent depuis quelques jours, afin d’harmoniser leur point de vue sur certains sujets notamment les réformes politiques et la candidature de l’opposition à la présidentielle de 2015.

Ils se sont déjà retrouvés deux fois, séances au cours desquelles les débats n’ont pas encore véritablement démarré. Une troisième rencontre est prévue le 12 ou le 13 août prochain.

La Coalition Arc-en-ciel a déjà désigné son +candidat à la candidature unique+, attendant le représentant du CST. Il s’agit de Me Dodji Apévon, le comité d’Action pour le Renouveau (CAR) élu lors d’un +scrutin+ serré.

Mais du côté du CST, les choses vont traîner un peu, l’ANC devant élire d’abord son candidat en congrès prévu pour le mois d’octobre.

« L’ANC (Alliance Nationale pour le Changement) va d’abord élire son candidat, lors d’un congrès qui se tiendra en octobre prochain. Et c’est ce candidat qui sera soumis au CST en concurrence à d’éventuels candidats, car il y a d’autres partis politiques au sein du Collectif », a déclaré à l’Agence Savoir News Eric Dupuy, secrétaire national à la communication de l’ANC.

« Au cas où notre candidat ne sera pas choisi (comme candidat unique) à l’issu de nos discussions, nous aviserons », a averti M.Dupuy (Photo).

En clair, l’oiseau rare ne sera connu qu’après le congrès de l’ANC, prévu en octobre. De l’avis de certains observateurs, les chances pour ces deux regroupements (CST et la Coalition) de désigner un seul candidat devant les représenter à la présidentielle de 2015 sont « très minces », certains leaders de l’opposition ne voulant pas rater +l’occasion+.

Ce n’est pas la première fois que les principaux partis de l’opposition s’adonnent à cet exercice la veille d’un scrutin. Ainsi, rester ensemble pour faire face au candidat du parti au pouvoir a été souvent une équation difficile à résoudre pour les partis de l’opposition.

En 2010, ces leaders n’ont pas pu réaliser leur rêve, malgré les multiples tractations. Même scène, lors des législatives de juillet 2013, car ils avaient promis à leurs militants et sympathisants, constituer une seule liste face à l’Union pour la République (UNIR).

Le seul « exploit » avait été réalisé lors de la présidentielle de 2005, mais le candidat désigné à l’époque — feu Emmanuel Akitani Bob — n’était pas du goût de plusieurs partis de l’opposition. FIN

Junior AUREL

Savoir News

 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*