Le CAP 2015, le CAR et l’ADDI démarrent des discussions sur la proposition de loi ce lundi

image_pdfimage_print

anc_eric-dupuy_23avril2013


Les huit (8) partis politiques membres du Combat pour l’alternance en 2015 (CAP 2015) vont engager dès ce lundi des discussions avec le Comité d’action pour le renouveau (CAR) et l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), sur la base de la proposition de loi de réformes constitutionnelles et institutionnelles initiée par les deux (2) partis.
 
L’information a été donnée dimanche par le secrétaire général de la Convention démocratique des peuples africains (CDPA), Pascal Adoko et le secrétaire national à la communication de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), Eric Dupuy dans l’émission « 12-13 » de la radio Nana FM.
 
« Nous pensons que c’est juste un exercice de commission qu’ils ont fait, c’est une base de travail, nous allons nous l’approprier en accord avec eux et on trouvera le texte qui satisfait tout le groupe et on va l’introduire à l’Assemblée nationale », a précisé M. Adoko de la CDPA.
 
Des manifestations de rue sont parallèlement organisées par le CAP 2015 ce 21 novembre, avec point de chute, le Palais des congrès de Lomé, siège de l’Assemblée nationale pour exiger les réformes constitutionnelles et institutionnelles.
 
Sur la question de la primauté de l’exigence de ces réformes sur le choix d’un candidat unique de l’opposition lors du conclave du Collectif Sauvons le Togo (CST) et de la Coalition Arc-en-ciel, les deux invités ont contesté et démenti la position affirmée mercredi 5 novembre dernier par Me Dodzi Apévon du CAR et Pr Aimé Tchabouré Gogué de l’ADDI.
 
Pour Pascal Adoko, le conclave avec eu pour premier point, la désignation d’un candidat unique de l’opposition, les réformes viennent ensuite.
 
« Tous ceux qui se sont arrêtés en cours de route ont failli à leur mission. Nous avons atteint notre objectif parce que nous avons décliné l’agenda jusqu’au bout, nous sommes suffisamment forts aujourd’hui pour affronter UNIR sur le terrain de la mobilisation. Nous avons maintenant le poids et la capacité », a-t-il ajouté.
 
A en croire le CAR et l’ADDI, deux (2) semaines après le lancement des travaux du conclave, les parties ont convenu d’exiger les réformes avant toute autre chose.
 
« Dès l’échec du dialogue politique de Togotelecom 2, nous avons convenu que nous devons chercher ce qui est utile pour tout le monde, les réformes avant de revenir à autre chose », avait précisé le président de l’ADDI, Aimé Gogué.
 
Devant le refus des autres partis présents au conclave de faire le choix du candidat unique avant d’exiger les réformes, les deux formations politiques, le CAR et l’ADDI, ont quitté le conclave avant l’élection de Jean-Pierre Fabre de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) comme candidat unique.
 
Telli K.
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*