Une caravane gratuite des avocats va sillonner les prisons pour plaider 300 dossiers

image_pdfimage_print

defense_prisonniers_usa

Du 21 au 25 juillet 2014, plus de trois cents (300) dossiers des détenus des prisons du Togo vont être gratuitement plaidés par une trentaine d’avocats dans le cadre d’une caravane lancée par le barreau du Togo et financée par le Fonds pour la Démocratie et les Droits de l’Homme, à travers l’ambassade des Etats-Unis au Togo, a appris l’Agence de presse Afreepress.

 

Cette caravane lancée en présence du secrétaire d’Etat chargé des Relations avec les Institutions de la République, Christian Trimua et de l’ambassadeur des Etats-Unis au Togo, Robert Whitehead, a pour but de désengorger les prisons et de permettre à ceux qui sont emprionnés et qui n’ont pas les moyens de s’offrir les sevices d’un avocat d’avoir une visibilité, consiste à ouvrir le Togo en deux zones, la région septentrionale et la région méridionale.

 

Les avocats seront répartis sur ces deux zones et vont aller de juridiction en juridiction pour plaider la cause des détenus.

 

« Cet important projet du fonds doit se révéler crucial dans un long processus de réinsertion des Togolais emprisonnés dans la société. Il sera nécessaire dans la mesure où le système carcéral s’améliorera pour que les services sociaux travaillent plus étroitement avec ceux qui sont demeurés en liberté conditionnelle pour les aider à comprendre comment devenir un membre constructif de la société togolaise », a souhaité le diplomate américain.

 

Pour le représentant du gouvernement, la détention préventive, le traitement des dossiers, la diligence des auxiliaires de justice et leurs honoraires sont étroitement liés.

 

« Si vous tirez le fil de la détention préventive, c’est toute la pelote de la justice pénale qui se déroule parce que pour réguler la détention préventive, il faut régler préalablement la question de la pérennité du traitement des dossiers devant les juridictions, elle aussi liée à la question de la diligence des auxiliaires qui participent et l’accès à ceux-ci, principalement à l’avocat. Pour régler cette dernière question, il faut faire en sorte que le coût que cela représente ne soit pas un obstacle pour le justiciable », a-t-il indiqué.

 

Telli K.

 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*