Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Toute l'équipe de Togo Actualité vous souhaite bonne heureuse année 2017. Merci pour votre soutien et votre fidélité. | | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.



Le CST maintien ses manifestations prévues pour les 26 27, 28 juin prochain

image_pdfimage_print

zeus_ajavon_500

DECLARATION LIMINAIRE DE LA CONFERENCE DE PRESSE DU 20 JUIN 2014

 

Le pouvoir de Faure Gnassingbé reste fidèle à sa logique de coup de force permanent. Au  lendemain de l’échec  programmé du dialogue  par pouvoir RPT-UNIR/ UFC, le gouvernement à la suite d’un conseil des ministres tenu la semaine dernière a envoyé un projet de loi à l’assemblée nationale dans la perspective d’opérer de façon unilatérale les réformes constitutionnelles et institutionnelles prévues par l’accord politique global (APG) en 2006.

Il n’est pas superflu de rappeler que l’APG préconise que ces réformes qui devraient intervenir depuis plus de 09 ans que Faure Gnassingbé est au pouvoir, se fassent de façon consensuelle. Le régime cinquantenaire s’obstine à ne pas faire ces réformes dans le but de maintenir le statut quo pour se pérenniser au pouvoir. La plus récente illustration est sa participation au dialogue Togo Telecom 2 dans une posture de ‘’sourd-muet’’. Les représentants du parti  de Faure Gnassingbé à ces pourparlers n’ont émis aucune proposition dans le sens des réformes.

Le CST constate que lors du dernier conseil des ministres, le  pouvoir RPT/UNIR dit envoyer un projet de loi à l’assemblée qui tiendra compte des propositions des uns et des autres en vue d’opérer les réformes politiques avant les échéances électorales. Comment le gouvernement et l’Assemblée nationale peuvent ils tenir compte des propositions des parties prenantes aux discussions quand l’un des protagonistes n’a émis aucune proposition ?

Le Collectif «SAUVONS LE TOGO » met en garde le régime de Faure Gnassingbé contre ce énième coup de force en préparation qui consiste à toiletter de nouveau la constitution togolaise, en violation de la lettre et de l’esprit de l’accord politique global duquel monsieur Faure Gnassingbé venu au pouvoir dans un bain de sang tire sa pseudo légitimité.

Le CST, tient à interpeller la communauté internationale sur une éventuelle modification unilatérale de la loi fondamentale en violation des textes en vigueur et les conséquences qu’un tel coup de force pourrait avoir sur la situation déjà délétère qui prévaut dans le pays.

Au demeurant, le CST étudie avec attention le projet de loi du gouvernement qui ne prend en compte que la question de la limitation du mandat présidentiel et s’étonne que le gouvernement ait hormis volontairement les réformes à opérer en ce qui concerne le cadre électorale et les institutions comme la CENI, la HAAC et la Cour constitutionnelle.

Le CST se réserve le droit d’informer le peuple tout entier, dans les jours qui viennent, sur ce qu’il entend faire avec la Coalition Arc-en-ciel et l’ensemble des députés de l’opposition afin d’amener le pouvoir à acter les réformes comme prévues, et par l’Accord Politique Global et par les recommandations de la CVJR.

Sur le fonctionnement de la CENI actuel

Le CST porte à la connaissance de l’opinion nationale et internationale que la commission électorale nationale indépendante (CENI), alors même qu’elle n’a pas été renouvelée de façon consensuelle depuis les dernières élections législatives frauduleuses, continue de tourner à plein régime sous la supervision du ministère de l’administration territoriale. Pour preuve, le très controversé groupe ZETES vient de signer un contrat avec le gouvernement togolais pour le reconditionnement des kits électoraux. Une opération qui constitue à ce jour, de l’avis de nombres d’experts et de consultants, dont les experts de l’Union Européenne, à la mise en place de procédures frauduleuses  visant à tronquer les résultats réels contre les préfabriqués de connivence avec cet opérateur sulfureux qui soustraite avec une autre société mafieuse de la Côte d’Ivoire du nom SNEDAÏ en vue de gonfler exponentiellement la liste électorale. La société ZETES selon les indiscrétions est accusée dans nombres de rapports confidentiels de manipuler le fichier électoral en faveur du régime en place notamment au Congo Démocratique et au Togo. Le Collectif «SAUVONS LE TOGO », prenant à témoin l’opinion nationale et internationale, élève une vive protestation contre la signature d’un tel contrat et exige sa résiliation pure et simple jusqu’à ce que l’ensemble de la classe politique ne trouve un accord sur la recomposition consensuelle de la Commission Electorale Nationale Indépendante. En tout état de cause, un audit du fichier électoral et du serveur installé à CENETI sera de mise le moment venu.

Sur l’affaire du député Targone Sambiri

Le CST dénonce avec force la procédure rocambolesque qui a conduit à la levée de l’immunité parlementaire du député Targone ainsi que son interpellation et sa détention  tel un vulgaire individu. Malgré les différents témoignages et écrits  qui attestent que le préfet de Dankpen, monsieur Dadja Manganawè, qui porte plainte contre le député est  un des apparatchiks du régime qui dispose de la vie des citoyens dans cette zone comme bon lui semble, il est scandaleux de constater qu’aucune procédure judiciaire n’est ouverte contre ce lugubre personnage qui continue de jouir d’une totale impunité au nom de son appartenance au clan de  la dictature héréditaire. Face à cette cabale ourdi contre monsieur Targone Sabrini dont le crime est d’avoir le courage de dénoncer les travers d’un préfet qui a le droit de vie et de mort sur les togolais de la préfecture de dankpen, le CST demande instamment qu’une information  judiciaire soit ouverte sur les agissements contre-nature de ce préfet.

Par ailleurs, au regard des vices de procédures qui entachent la levée de l’immunité du député Targone de même que son arrestation et détention dans le seul but de faire plaisir à un préfet tout puissant, le Collectif «SAUVONS LE TOGO », demande l’ouverture dans les brefs délais d’une enquête parlementaire sur cette affaire montée de toute pièce comme d’ailleurs il est de coutume  sous le règne de Faure Gnassingbé où la justice reste un instrument de règlements de compte à la solde de l’exécutif.

Sur le refus du pouvoir de Faure Gnassingbé d’organiser les élections locales

Le CST dénonce les manœuvres du pouvoir depuis des mois  tendant à ne jamais organiser les élections locales. Il est clair à ce jour que le pouvoir de Faure Gnassingbé est décidé à ne pas organiser ces élections avant la présidentielle comme le proposent l’ensemble de la classe politique de l’opposition et les partenaires du Togo. Le CST  réitère sa proposition et demande la tenue effective des élections locales avant la présidentielle de 2015, quitte à repousser cette dernière.

Au regard de ce qui précède, il est important de souligner que le CST à sa création, s’est donné pour mission de mettre fin au cycle infernal, Elections, contestations, répressions et discussions. face à l’entêtement du régime en place qui refuse de créer les conditions minimales pour l’instauration d’un Etat de droit gage d’une réelle démocratie, le CST fidèle à ses idéaux, ne ménagera aucun effort à s’opposer de toutes ses forces et avec tous les moyens légaux à ce régime cinquantenaire décidé  inexorablement à conduire le Togo vers un lendemain périlleux quand on sait que le syndrome de l’accession de Faure Gnassingbé  au pouvoir avec au moins un millier de togolais tués reste vivace dans les esprits.

Le Collectif «SAUVONS LE TOGO » conscient de la force des peuples dans leur quête de liberté, de dignité et de justice, lance de nouveau un appel solennel au  peuple togolais à se lever  comme un seul homme pour faire échec à ce énième coup de force du pouvoir UNIR/RPT qui n’a que pour seul but de s’éterniser au pouvoir contre le bon sens et les idéaux démocratiques.

Le Collectif «SAUVONS LE TOGO » avec le soutien de la coalition arc en ciel, invite le peuple togolais à sortir massivement les 26, 27 et 28 Juin pour une  première série de manifestations dans la ville de Lomé afin d’exiger la tenue des élections locales avant la présidentielle de 2015 et les réformes institutionnelles et constitutionnelles consensuelles  pour sauver la mère partie, le Togo selon le programme ci après.

Le 26 juin : Meeting à Bè Kodjindji à partir de 8 heures

Le 27 juin : Marche à partir du rond point de Bè Gakpoto-Marché de Bè-Blvd OUPHOËT BOIGNY-Scté LALA-Bè Kondjindji

Le 28 Juin : Marche à partir de Bè Kondjindji-Blvd Notre Dame des Apôtres ouest-Blvd circulaire-Dékon-Fontaine Lumineuse-Feu rouge Banque Populaire-Feu rouge Ramco-Monument aux morts-Rue Direction de la Police Nationale-Palme Beach-Blvd de la République-Plage en face de la Présidence de la République Marina.

 

Peuple togolais, par ta foi, ton courage et tes sacrifices, la nation togolaise doit renaître ! 

 

Pour le Collectif,

Le Coordinateur

 

SIGNE

 

     Me Ata Messan Zeus AJAVON

Fait à Lomé, le 20 juin  2014

 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Commentaires

comments

Publié le 21 juin 2014 dans Envoyez cet article à un ami

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*

:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer