Culture : Apothéose dans l’allégresse ce samedi à Doufelgou, de la fête traditionnelle Sintu Djandjaagou

image_pdfimage_print

doufelgou

Les Nawdeba, Lamba, Yaka et Temberma de la préfecture de Doufelgou (environ 455 km au nord de Lomé)) ont célébré samedi dans l’allégresse, la 28è édition de leur fête traditionnelle Sintu Djandjaagou.

 

C’est le canton de Kpaha qui a servi de cadre à l’apothéose de cette fête à laquelle ont pris part plusieurs personnalités parmi lesquelles la ministre de la communication, des arts, de la culture et de la formation civique Mme Germaine Kouméalo Anaté.

 

Cette édition a été marquée par la présence très remarquable d’une forte délégation des Akposso-Akébou, conduite par Togbui Charles Ouvié Ani Addo VI. Les peuples Akposso-Akébou et de Doufelgou partagent la même culture, celle du fonio.

 

Une délégation des populations de Doufelgou avait également pris part l’année dernière à Badou, à la fête traditionnelle Ovazu des Akposso-Akébou.

 

« Le fonio est célébré chaque année en pays Akposso et Akébou et est devenu aujourd’hui, un élément fort de notre identité culturelle », a déclaré Togbui Charles Ouvié Ani Addo VI, porte-parole de la délégation des Akposso-Akébou.

 

Sintu Djandjaagou est la grande fête de retrouvailles des fils et filles de la préfecture de Doufelgou. A travers la danse Djandjaagou, les populations rendent également hommage à leurs ancêtres.

 

Selon la ministre de la communication, des arts, de la culture et de la formation civique, les populations de Doufelgou, ont prouvé que la célébration de leur fête traditionnelle n’est pas un repli identitaire, mais bien au contraire, une occasion d’ouverture sur d’autres peuples.

 

« En œuvrant pour la solidarité entre les membres de votre communauté, en mutualisant vos moyens, vos expériences et en travaillant en synergie pour le développement de votre préfecture, vous vous inscrivez dans la droite ligne de la vision du chef de l’Etat Faure Gnassingbé. La culture comme facteur d’épanouissement individuel et collectif, comme vecteur des valeurs nobles qui fondent le vivre ensemble et cimentent la cohésion sociale », a-t-elle souligné.

 

« Enfin, la culture comme moteur de créativité et d’innovation artistique, participe indiscutablement au développement social et économique de nos communautés locales, et partant, de notre pays tout entier », a précisé la ministre.

 

Rappelons que les activités marquant cette 28è édition de la traditionnelle Sintu Djandjaagou ont démarré depuis mars dernier. FIN

 

Edem Etonam EKUE

 

Savoir News

 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*