Il est
Flash info :: | La France suit avec préoccupation la situation au Togo. Nous condamnons fermement les violences récentes qui ont fait plusieurs victimes et appelons les parties à l’apaisement et à entamer un dialogue (ministère français des Affaires étrangères). | | Circulation fluide au centre-ville de Lomé ce matin, contrairement à l’atmosphère normale. Important déploiement de gendarmes autour du Parlement et de la représentation de la CEDEAO au Togo. | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.



Djimon Oré : le dialogue de jeudi prochain « ne donnera rien »

image_pdfimage_print

djimon

Le dialogue convoqué par le premier ministre Arthème Séléagodji Ahoomey-Zunu sur le jeudi 15 mai prochain pour régler les questions de réformes politiques « est de la poudre aux yeux parce que cela ne donnera rien », selon le député Djimon Oré intervenant mercredi sur les ondes de la radio Victoire FM.

Pour résoudre les problèmes du Togo, soutient le président du jeune parti Front des Patriotes pour la Démocratie (FPD), l’initiative de ce dialogue doit venir directement du chef de l’Etat, Faure Gnassingbé qui est en train de boucler deux (2) mandats « contre la volonté du peuple togolais ».

« Le chef de l’Etat doit prendre ses responsabilités, ce n’est pas une affaire du premier ministre, il ne règlera rien, il n’a même pas les capacités de régler quoi que ce soit. C’est au chef de l’Etat de montrer au peuple togolais sa bonne foi et l’initiative devrait provenir directement de lui. Il lui suffit de dire qu’il est en train de boucler les deux mandats contre la volonté du peuple. Il organise un dialogue, sort par la grande porte et devient un grand homme », a-t-il expliqué.

S’il faut faire des réformes ou régler les problèmes conformément à ce que l’Accord Politique Global (APG) d’août 2006 a prescrit, « on n’a pas besoin d’un dialogue pour cela, il suffit seulement d’appliquer », a-t-il ajouté.

Si le chef de l’Etat ne prend pas ses responsabilités, a-t-il souligné, il est clair qu’on est en train de reporter le problème togolais, ce qui va engendrer d’autres problèmes « plus sérieux ».

L’option qui doit permettre aux Togolais de voir un soleil nouveau, selon l’ancien ministre de la communication, est une « transition politique consensuelle » de 18 mois ou de trois ans à l’issue de laquelle une autre constitution sera votée par le peuple togolais et les problèmes de l’administration togolaise définitivement résolus.

Tout en espérant que l’opposition convoquée ne tombera pas dans le piège « du pouvoir », l’ancien membre éminent de l’Union des Forces de Changement (UFC), promet d’être au rendez-vous le moment venu.

Telli K.

 

Commentaires

comments

Publié le 14 mai 2014 dans Envoyez cet article à un ami

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*



Obama et le PDG de Facebook

Obama taquine le jeune PDG de Facebook cravaté


Mme ADJAMAGBO: La CENI, pour être efficace, travailler de manière impartiale, doit être indépendante

Le conclave sortira un document. Attendez que nos pourparlers prennent fin et vous aurez ce document


Articles récents

:: FLASH INFO :: Faure GNASSINGBE s’exprimera incessamment au peuple sur les divergences politiques de l’heure (ministre SESSENOU). ‎
:: FLASH INFO :: Togo: l’internet mobile toujours coupé avant de nouvelles manifestations de l’opposition ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: Togo: nouvelle manifestation de masse à Lomé à l’appel de l’opposition ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer