Djimon Oré prévient : une nouvelle CENI ne donnera « rien »

image_pdfimage_print

djimon_ore_500


La mise en place d’une nouvelle équipe de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) pour la tenue de la présidentielle de 2015 « n’apportera rien », elle va donner lieu à un « chaos », a prévenu mercredi sur la radio Victoire FM, le député Djimon Oré, président du Front Patriotique pour la Démocratie (FPD).
 
« Ce n’est pas parce qu’ils mettront en place une équipe de la CENI pour la tenue des élections présidentielles de 2015 que la problématique réelle, à savoir à quand l’instauration de la vraie démocratie au Togo sera résolue. Notre pays est passé de l’étape de la République à une dictature de terreur et maintenant évolue vers une monarchie absolue », a-t-il expliqué pour justifier son absence à la session extraordinaire de l’Assemblée nationale relative à la nomination des six (6) membres de la Cour constitutionnelle et l’élection des 17 membres de la CENI.
 
Pour l’ancien militant de première zone de l’Union des Forces de Changement (UFC), les conditions ne sont mêmes pas remplies pour parler de présidentielle et Faure Gnassingbé ne sera pas battu en 2015 si jamais il y a élection. « La présidentielle de 2015 ne fera qu’amener le pays vers la monarchie absolue », a-t-il insisté avant d’ajouter que seule une transition « consensuelle » de trois (3) ans à l’issue de laquelle des « réformes fondamentales » seront faites, une transition dans laquelle le chef de l’Etat actuel a un rôle « important » à jouer, peut résoudre efficacement le « problème » togolais.
 
Pour que Faure Gnassingbé devienne un « grand homme », il doit jouer son rôle pour que le Togo débouche sur une « vraie » démocratie au lieu « d’être dans l’obstination du pouvoir », a-t-il précisé.
 
A l’endroit de l’opposition à laquelle sa formation politique fait partie, il conseille la lucidité et l’honnêteté. « Nous devons aujourd’hui en tant qu’opposition être honnêtes vis-à-vis de nous-mêmes en disant la vérité et en posant les vrais problèmes, notamment en faisant savoir au peuple togolais que le processus électoral enclenché est déjà vicié et que nous n’irons pas à ces élections ».
 
Lundi, les députés ont nommé les six (6) membres de la Cour constitutionnelle et doivent continuer ce mercredi par l’élection du reste des membres de la CENI.
 
Telli K.
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*