Il est
Flash info :: | Présence d’hommes cagoulés à un point de départ de la marche de l’opposition de ce jour, le ministre Damehame confirme ces témoignages. | | Circulation fluide au centre-ville de Lomé ce matin, contrairement à l’atmosphère normale. Important déploiement de gendarmes autour du Parlement et de la représentation de la CEDEAO au Togo. | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.
 

Dommage collatéral du braquage à l’aéroport de Lomé : Une vingtaine de bérets verts mis aux arrêts de rigueur.

image_pdfimage_print

braqueurs_moto

Mais ni le GILAT, ni les vrais responsables de ce fiasco ne sont inquiétés.
 
La responsabilité du Groupe d’Intervention Léger Anti-Terroriste engagée.

 
Le 28 septembre 2014 fera date dans la tumultueuse histoire du Togo. Des bandits ont opéré sur le parking de l’aéroport international de Lomé et réussi à emporter un butin estimé à près de 3 milliards de FCFA. Et pourtant, le Groupe d’Intervention Léger Anti-Terroriste (GILAT) formé à coups de millions était posté à l’aéroport, il y a des bérets verts qui surveillent la zone VIP de l’aéroport, un camp à proximité de l’aéroport qui abrite les bérets rouges et une escadrille à l’aéroport. Au final, le mode opératoire et l’apathie des forces armées tout au long du braquage donnent à penser que « le ver est dans le fruit ».
 
Il ne servira à rien de revenir sur la mort gratuite des deux citoyens abattus par les malfrats. Il s’agira dans cet article de dire pourquoi a réussi ce braquage qui s’est fait en plein jour et s’est poursuivi jusqu’au quartier Adétikopé. Surtout que – secret de polichinelle – la capitale togolaise est « truffée de camps » et les forces armées ne sont pas dans leurs casernes.
 
Dans le but de doter le Togo d’une force véritable d’intervention rompue aux urgences de certaines situations, l’ex-chef d’Etat Major, Atcha Tittikpina a mis sur pied, avec le concours d’experts israéliens, le Groupe d’Intervention Léger Anti-Terroriste (GILAT). Ce groupe est composé de policiers, gendarmes et militaires entrainés conséquemment. Et des sources de la Gendarmerie nationale, il nous revient que ce groupe payé avec l’argent du contribuable est basé, du moins une partie, à…l’aéroport International de Lomé. Mais aussi bizarre que cela puisse paraître, lorsque les éléments du Groupe ont entendu les coups de feu et ont voulu se projeter vers le parking de l’aéroport, le capitaine qui les commande leur a demandé d’attendre, le temps de remonter l’information vers la hiérarchie et de recevoir des consignes nécessaires ! Or, c’est un groupe formé pour faire face à ce genre de mission. D’où alors devrait encore provenir un quelconque ordre avant d’autoriser les éléments à agir pour ramener l’ordre si derrière cet acte du capitaine, il n’y a pas de desseins inavoués ? Le temps que l’ordre d’intervenir n’arrive, les « braqueurs » étaient déjà partis.
 
Outre le GILAT, des bérets verts, environ une vingtaine, sont chargés de surveiller l’espace VIP de l’aéroport de Lomé. Et des sources sécuritaires, ces bérets verts disposent d’armes comme les 12/7 et les G3. Autrement dit, les kalachnikovs des malfrats ne sont que des « enfants de chœur » à côté des armes des bérets verts présents le jour de l’attaque. La question est de savoir pourquoi ils n’ont pas riposté, puisqu’au cas où ils argueraient craindre pour la vie des civils, ils disposaient chacun de Pistolet automatique (PA) pour réagir. Qui devrait les autoriser à réagir et pourquoi n’a-t-il pas donné cet ordre? Bien de citoyens considèrent comme de la poudre aux yeux le fait que les bérets verts qui étaient de garde ce jour, soient tous mis aux arrêts de rigueur. Parce que s’il devrait être procédé à des arrestations pour « faute grave », le capitaine et les éléments du GILAT qui étaient aussi présents sur les lieux devraient être aussi arrêtés. Vous avez dit deux poids, deux mesures ?
 
Un autre écheveau à démêler reste la proximité du camp des bérets rouges et la présence de l’escadrille togolaise. Le parking de l’aéroport et le camp en question sont séparés par moins d’un kilomètre et les coups de feu ont été distinctement entendus par les éléments de ce camp. Idem pour l’escadrille qui est basée à l’aéroport. Comment les autorités pourront-elles expliquer leur « apathie collective » ? Les responsables du camp des bérets verts situé près du marché de Hédzranawé par où les « braqueurs » sont passés, n’ont pas réagi aussi, et pourtant, les malfaiteurs étaient visibles sur la moto, avec leurs fusils. Mais nous apprenons que ce sont les éléments du camp de la Force d’intervention rapide (FIR) situé dans les environs d’Agoè qui se sont lancés à la poursuite des assaillants. Mais même avec ce semblant de réaction, à quoi a-t-on assisté à Adétikopé ?
 
Contrairement à la version répandue, les coups de feu qui avaient retenti dans ce quartier, étaient multidirectionnels. Il nous revient que le staccato des kalachnikovs lors du deuxième braquage dans ce quartier laissait facilement imaginer que les assaillants semaient la terreur à partir de plusieurs postes. Mais malgré un ratissage en règle opéré par « les forces de l’ordre », pas un seul d’entre eux n’a été appréhendé. Même pas un suspect. Une situation qui fait réagir l’un de ceux qui nous ont confirmé la multiplicité des malfrats. « S’il s’était agi d’aller appréhender un député de l’opposition ou un leader de parti non acquis à leur cause, les forces de l’ordre auraient afflué de partout pour bomber le torse et envahir les rues, mais quand il s’est agi d’affronter des détenteurs d’armes, ils étaient invisibles », ironise-t-il.
 
Les autorités arriveront-elles à mettre la main sur les responsables des braquages qui endeuillent et terrorisent les populations à l’approche des prochaines échéances électorales ? Les éléments dont nous disposons ne prêtent pas à l’enthousiasme. Nous nous étions déjà aventurés dans l’agglomération de Ségbé il y a quelques mois pour découvrir que l’agent Togbé en poste à la frontière de ce quartier, faisait plus de 8 ans à son poste. Soit dit en passant, nous avons des sources du ministère de la Sécurité qu’il vient d’être affecté ailleurs. De quelles informations la hiérarchie dispose-t-elle pour faire poster des soldats dans ce quartier ?
 
De tout ce qui précède, le ministre Yark Daméhane doit retrousser les manches et s’entourer d’agents soucieux de protéger effectivement les populations. A moins qu’il décide de faire un « service minimum ». Mais n’enseigne-t-on pas que lorsqu’on refuse une situation, on dit non ? L’inaction du ministre en charge de la sécurité des populations risque de se retourner contre lui, car Avépozo, Fontana, Assahoun, Aéroport international de Lomé, Adétikopé, et que savons-nous encore, c’est trop pour ce petit peuple qui n’aspire qu’au minimum pour vivre, un minimum qu’une minorité a accaparé depuis des lustres.
 
Bon à suivre.
 
Source : [07/10/2014] Liberté via PO2014

Commentaires

comments

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*

Publié le 9 octobre 2014


Catégorie(s) : Non classé
Tags :

"Je suis Jean-Pierre FABRE, je ne suis pas à vendre ni à acheter. Je ne vénère pas l'argent."



A LA UNE


Spolié mais stoïque, ce peuple mérite mieux. Mais, c'est écrit, il y aura l'alternance au Togo.


:: FLASH INFO :: Faure GNASSINGBE s’exprimera incessamment au peuple sur les divergences politiques de l’heure (ministre SESSENOU). ‎
:: FLASH INFO :: Togo: l’internet mobile toujours coupé avant de nouvelles manifestations de l’opposition ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: Togo: nouvelle manifestation de masse à Lomé à l’appel de l’opposition ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer