Election présidentielle du 25 avril 2015 : CAP 2015 et ADDI montent au créneau

image_pdfimage_print

vote


Sans attendre la Commission électorale nationale indépendante (CENI), seul organe habileté à donner les résultats provisoires de l’élection présidentielle du 25 avril 2015, le Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP 2015), dans un communiqué rendu public ce dimanche, parle d’ « une avance décisive » de son candidat sur les autres.« La compilation des résultats du scrutin présidentiel du 25 avril 2015 est toujours en cours, mais d’ores et déjà, nos estimations à partir des procès-verbaux des bureaux de vote permettent à notre candidat de conserver une avance décisive dont nous attendons confirmation par la CENI », indique le communiqué.
 
L’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI) d’Aimé Tchabouré Gogué a également produit un communiqué dans lequel le parti félicite le candidat de CAP 2015 « pour les performances réalisées ».
 
La coalition de cinq (5) partis politiques de l’opposition (CAP 2015) dans son document, a dénoncé dans de « nombreuses irrégularités » et des « manquements » et appelé les institutions chargées de l’organisation du scrutin et de la validation des résultats à faire leur travail « avec rigueur » et « sans aucune pression », de manière à proclamer le verdict des urnes, « manifestement favorable à CAP 2015 », proclame-t-on au CAP 2015.
 
A en croire le CAP 2015, il y a eu « de nombreux cas de vote sans cartes d’électeurs, de vote par usage abusif de procurations, de convoyages d’étrangers, de distribution de prébendes, d’expulsion des délégués de l’opposition, de bastonnade de militants de CAP 2015, d’enlèvements et de bourrages d’urnes, de substitutions de procès-verbaux, d’intimidations, de harcèlements dans la sous-préfecture de la Plaine de Mô, dans les préfectures de la Kozah, Tône, Danpken, Bassar, Binah, Sotouboua ».
 
Le CAP 2015 pointe aussi du doigt le fait que des « milliers » d’électeurs en possession de leurs cartes d’électeurs n’aient pas pu voter à cause de l’absence de leurs noms sur les listes électorales. « Des exactions sont exercées sur les populations par des éléments de la garde présidentielle, notamment dans la commune de Lomé et dans les préfectures du Golfe et de l’Avé », indique le communiqué signé par Patrick Lawson, premier vice-président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC.
 
L’ADDI relève des « fraudes largement mis en œuvre par le parti au pouvoir », notamment l’achat de conscience, l’utilisation des ressources publiques, la délivrance de procurations non conformes aux dispositions du code électoral, les intimidations et le bourrage des urnes.
 
« Des observateurs ont été témoins de ces manœuvres », ajoute le patri du candidat Aimé Tchabouré Gogué.
 
Néanmoins, depuis ce dimanche, plusieurs missions d’observation électorale ont rendu public leur rapport et presque toutes n’ont pas fait de ces points soulevés. Face à la presse ce dimanche, la mission d’observation électorale de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) a indiqué que d’ans l’ensemble, le scrutin s’est déroulé de manière « ordonnée, transparente et professionnelle », avec à la clé la garantie du secret de vote.
 
Telli K.
 
source : afreepress
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*