Il est
Flash info :: | La France suit avec préoccupation la situation au Togo. Nous condamnons fermement les violences récentes qui ont fait plusieurs victimes et appelons les parties à l’apaisement et à entamer un dialogue (ministère français des Affaires étrangères). | | Circulation fluide au centre-ville de Lomé ce matin, contrairement à l’atmosphère normale. Important déploiement de gendarmes autour du Parlement et de la représentation de la CEDEAO au Togo. | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.
 

Faure Gnassingbé cherche-t-il une garantie pour quitter le pouvoir en 2015 ?

image_pdfimage_print

faure_controle_ebola_accra


Alternance au pouvoir
 
C’est une évidence que c’est l’après-mandat qui fait souvent peur à bien de dirigeants africains ayant commis des crimes et justifie le fait qu’ils s’accrochent au pouvoir, afin d’échapper à la justice. C’est le cas récemment de Blaise Compaoré, au pouvoir depuis 1987, mais qui a voulu modifier la Constitution du Burkina afin d’y rester au moins pour quinze (15) ans encore, avant de voir ce qu’il en sera après. Il y a un lourd dossier qui l’attendait, celui de l’assassinat de son ancien camarade d’arme et président adulé par le peuple, Thomas Sankara.
 
Rapportée à l’échelle de Faure Gnassingbé, la question peut paraitre farfelue, aux yeux de bien de Togolais. Mais on ne peut s’empêcher de la poser, à lire un éditorial de Charles Debbasch alias Koffi Souza qui est dans le secret des dieux, sur le site de propagande du pouvoir.
 
On l’a relevé, l’intervention de François Hollande, surtout lorsqu’il a laissé entendre que dans les pays où la Constitution ne limite pas le mandat présidentiel, la panacée est d’organiser des élections « libres, plurielles et démocratiques », risquait d’être récupérée par le pouvoir de Lomé qui est bien en situation. A part les JMP qui se cachent derrière des pseudos fictifs sus de tous et ont sauté là-dessus, les déclarations de François Hollande ont suscité un édito au concepteur du tripatouillage de 2005.
 
« Un débat constitutionnel agite plusieurs Etats africains de l’espace francophone : existe-t-il des limites de temps au mandat des présidents ou peuvent-ils être réélus indéfiniment ? La question est devenue encore plus brulante avec la chute du régime de Compaoré alors que le président burkinabé tentait de modifier la constitution qui ne lui permettait pas de se représenter. Dans une importante interview accordée à des médias français, le Président François Hollande a fait une distinction justifiée entre deux cas de figures. Pour les Etats qui contiennent dans leur Constitution une limite de mandats, la règle doit être stricte. Le président français a mis en garde les dirigeants africains, leur enjoignant de ne pas céder à la tentation de s’accrocher au pouvoir, notamment en modifiant la Constitution de leur pays. Interrogé sur le départ du président du Burkina Faso Blaise Compaoré, M. Hollande a jugé que cette destitution pouvait « servir de leçon à beaucoup de chefs d’Etat, et pas seulement en Afrique’’. « On ne change pas l’ordre constitutionnel par intérêt personnel », a-t-il martelé. Le Président a rappelé la nécessité de respecter les textes légitimés par les urnes. « Quand on fait voter des peuples pour des Constitutions à travers des référendums, on ne peut pas les modifier impunément. Quand un chef d’Etat reste plusieurs mandats de suite, et qu’à un moment il est fixé une limite d’âge ou il est fixé un nombre de mandats qui ne peut pas être dépassé, il ne peut pas en être décidé autrement. C’est ce qui s’est passé au Burkina », a-t-il insisté. En revanche, pour les pays où les dirigeants peuvent rester en place sans restriction constitutionnelle de durée – tels que le Tchad, le Cameroun, le Gabon ou le Togo -, M. Hollande estime que dans ce cas, il convient de s’assurer d’élections « libres, plurielles et démocratiques »», écrit Charles Debbasch sous la plume de Koffi Souza et sous le titre « Le débat constitutionnel en Afrique ». Avant de relever : « Il n’est pas certain cependant que le débat constitutionnel gagne à rester restreint à cette question de la durée des mandats. La Constitution est l’expression suprême de la souveraineté du peuple. Elle fixe les règles fondamentales du jeu politique et organise les institutions de la République. Dans ce cadre, chaque peuple détermine les principes guidant le choix de ses gouvernants et les modifie s’il le juge opportun. Le respect de la volonté populaire est plus important que la question de la durée au pouvoir. Trois questions essentielles doivent être résolues pour que la démocratie s’épanouisse. La première est la limite de l’absolutisme de la majorité. L’association de tous au pouvoir est essentielle avec le respect des droits de la minorité, les pouvoirs qui lui sont donnés dans la vie de l’Etat, l’association de l’opposition au gouvernement des collectivités décentralisées. La seconde est la garantie des libertés fondamentales et la Constitution d’un système juridictionnel garantissant le respect des droits et des libertés. Le troisième pôle essentiel est la garantie donnée aux gouvernants en cas de changement de majorité pour éviter les chasses aux sorcières et les vengeances privées ou publiques ». « Beaucoup de gouvernants céderaient volontiers la place s’ils avaient l’assurance qu’une fois libérés du pouvoir, ils ne soient pas mis en cause pour leur gestion passée », a-t-il relevé, et de recommander à l’Organisation intergouvernementale de la Francophonie qui débutait son sommet samedi à Dakar, de « lancer une réflexion sur la modernisation du système politique africain ».
 
Pour bien d’analystes, un tel éditorial est l’un d’être gratuit, et Charles Debbasch se fait simplement l’écho d’une requête indirecte de son mentor. Surtout lorsqu’on sait que des pressions ont été exercées sur le fils du père, loin des yeux et des oreilles indiscrets, en marge du sommet de la Francophonie à Dakar, afin qu’il fasse les réformes et vide le plancher. En tout cas, à ses adversaires politiques d’apprécier ce qu’il convient d’appeler un appel du pied. Les jours, semaines et mois à venir nous situeront.
 
T.K.
 
source : Liberté Togo
 

Commentaires

comments

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*

Publié le 2 décembre 2014


Catégorie(s) : Politique
Tags :

"Je suis Jean-Pierre FABRE, je ne suis pas à vendre ni à acheter. Je ne vénère pas l'argent."



A LA UNE


Spolié mais stoïque, ce peuple mérite mieux. Mais, c'est écrit, il y aura l'alternance au Togo.


:: FLASH INFO :: Faure GNASSINGBE s’exprimera incessamment au peuple sur les divergences politiques de l’heure (ministre SESSENOU). ‎
:: FLASH INFO :: Togo: l’internet mobile toujours coupé avant de nouvelles manifestations de l’opposition ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: Togo: nouvelle manifestation de masse à Lomé à l’appel de l’opposition ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer