Faure Gnassingbé viole le code du travail et institutionnalise l’Intérim au Togo

image_pdfimage_print

faure


Est-il vrai que dans une République, le garant de la Loi est et reste le Président de la République ?
 
Est-il vrai que dans une démocratie, nul n’est au-dessus de la Loi y compris le Président de la République ?
 
Ces questions paraissent peut-être idiotes puisqu’en principe leurs réponses doivent sauter à l’œil nu, leurs réponses devraient en réalité relever de l’évidence.
 
Mais il se trouve qu’au Togo, ces questions sont plus que jamais fondées. Elles n’ont malheureusement pas de réponses aisées, du fait de la manière quasi atypique dont le pays est géré.
 
L’on ne comprend plus du tout ce qui fonde l’action de nos dirigeants et sur quoi ces derniers se basent pour gouverner le pays.
 
Pour démontrer cela, nous allons juste prendre un seul exemple, celui de la gestion des postes par Intérim.
 
Selon la législation du travail au Togo, nul ne peut assurer l’intérim d’un poste au-delà de six mois. C’est écrit noir sur blanc.
 
Mais que constatons-nous ? Une violation flagrante et éhontée de cette disposition et par qui ? Par le Président de la République en personne qui a fini par institutionnaliser l’Intérim à des postes stratégiques dans le pays. Les exemples en la matière sont légion.
 
Le Directeur général de la société des postes du Togo est un intérimaire et ce depuis deux ans. Il en est de même pour celui de la BTCI qui l’est depuis plus de 3 ans. La SNPT ne déroge pas à la règle de Faure Gnassingbé.
 
La TDE est entre les mains d’un autre intérimaire qui y fait aussi des années déjà. Même Romain Tagba qui vient de prendre la tête de Togotelecom a le statut de Directeur général par intérim.
 
Jusque-là ce n’est peut-être pas grave, ce qui l’est par contre, c’est que des gens aient participé à un appel à candidature pour qu’ils se retrouvent intérimaires à la fin !!!
 
Que cela n’étonne personne, dans la liste des directeurs centraux retenus à la suite de l’appel à candidature dans le cadre de la mise en place de l’OTR, deux directions à la douane ont été pourvues par des intérimaires.
 
Pourquoi ce manque criard de confiance vis-à-vis des cadres et intellectuels au Togo ?
 
Il faut bien que le fils d’Eyadema explique au peuple togolais pourquoi il se méfie tant de tout autour de lui au point de violer constamment la loi qu’il est supposé incarner !
 
C’est d’ailleurs ici que la version des psychologues qui affirment qu’avant de pouvoir manifester une confiance à l’égard d’autrui il faut d’abord disposer une certaine confiance intérieure trouve toute sa justification.
 
Pour que le Président de la République, garant de la Loi et du fonctionnement judicieux des institutions de la République, puisse autant manquer de confiance à l’égard de ses propres compatriotes, il faut bien qu’il manque lui-même cette confiance intérieure qui se joue de tout risque et qui permet d’avancer avec sérénité et rigueur.
 
Et si tel est vraiment le cas, comment entend-il assumer pleinement ses charges de si haute portée sans un minimum de puissance intérieure ?
 
La question reste entière et l’on comprend alors toute l’hésitation, le coq à l’âne, l’amateurisme et la navigation à vue qui ponctuent l’action de nos dirigeants au sommet de l’Etat.
 
L’on comprend aussi pourquoi, les rares personnes qui jouissent de la confiance de l’héritier d’Eyadema ont tout le pays entre les mains.
 
Ils cumulent tous les postes possibles, jouissent de tout et vivent dans l’insolence financières, pendant que l’écrasante majorité des togolais tirent le diable par la queue. Ainsi va la République sous Faure Gnassingbé qui dit mieux ?
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*