Florent Maganawé convaincu qu’Abalo Akéta sert une « cause » autre que celle des enseignants

image_pdfimage_print

maganawe_florent

Le retard accusé dans les travaux du gouvernement et les syndicats des enseignants du Togo, en vue de l’adoption d’un statut particulier pour ce corps de métier, continue de faire réagir les parties protagonistes de cet accord, qui chacun pour leur part rejette les fautes de la « lenteur » dans la finalisation du document sur l’autre.

 

Vendredi sur les ondes de radio Victoire FM, le ministre des Enseignements Primaire et Secondaire, Florent Maganawé est revenu sur la question et estime que les réactions d’AkétaAbalo, le rapporteur général de l’Union Syndicale des Enseignants du Togo (USET), prouvent que celui-ci « sert une autre cause ».

 

Selon le ministre, une récente visite à la commission ad hoc qui s’occupe de ces travaux, a permis de constater « unanimement avec les membres de la commission dont Akéta est membre, qu’il n’était pas possible de finir le document à la date prévue », notamment le 31 mars dernier, « à cause des problèmes évoqués qui nécessitaient des travaux supplémentaires », a-t-il souligné.

 

Le ministre se dit« surpris » d’entendre qu’Abalo Akéta puisse évoquer l’absence des représentants gouvernementaux comme la raison principale qui a retardé la finalisation du document portant sur le statut particulier des enseignants, alors qu’eux-mêmes ne sont pas « ponctuels ».

 

« L’absence de certaines personnes n’aurait pas pu entraver le déroulement du travail, eux-mêmes viennent parfois en retard. Le vrai problème, c’est l’incapacité pour certains des agents de fournir le travail qu’il faut », a souligné le ministre qui ajoute à l’endroit du représentant des enseignants. « S’il était capable de sortir le document, il nous l’aurait donné », a-t-il ajouté.

 

Indigné, Florent Maganawé affirme que « c’est trop facile d’indexer le gouvernement quand soi-même on ne fournit pas les efforts qu’il faut ».

 

Reconnaissant cependant que les conditions des enseignants ne sont pas « reluisantes », le ministre a réitéré l’engagement du gouvernement dans le processus de recherche des mesures idoines pour de meilleures conditions de vie et de travail des enseignants.

 

« Nous sommes irréversiblement lancés dans ce processus.Donnons-nous donc le temps de venir à bout de ce travail, car nous avons les mêmes objectifs et nous devons mettre nos efforts en synergie pour permettre à ce que l’année finisse en beauté », a rappelé le ministre qui soutient que sa « préoccupation première » est de trouver un apaisement avec les enseignants.

 

Gaël N.

 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*