Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Selom Klassou a représenté ce vendredi Faure Gnassingbé à l’investiture du président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, réélu démocratiquement début octobre 2016 (officiel). | Mettre la pression pour les réformes : CAP 2015 en tournée fin août à partir de Tône (nord) | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.



Gnassingbé II comme Richard III

image_pdfimage_print

faure_gnass_battu


C’est plus qu’une imposture, c’est un effroi. C’est l’éclat du mal, le retour à la civilisation de la férocité et de l’intolérance au moindre changement. C’est la certitude de l’impossibilité du mal politique togolais à faire le bien, et à s’adonner pour une fois à la moindre règle démocratique sans tricher, sans frauder, sans violer. Impossibilité mathématique! C’est bien ce que Shakespeare avait démontré dans Richard III. C’est bien ce que les Togolaises et les Togolais ont expérimenté, de nouveau, avec Gnassingbé II. C’est bien ce que des Chefs d’État africains ont constaté en se déplaçant dans la capitale togolaise. Obstinément, il s’agit de rendre visible la réalité togolaise pour mieux l’affronter et la transformer coûte que coûte en autre chose que l’inacceptable indignité imposée aux citoyens. Assez, c’est véritablement trop au Togo!
 
Dans l’Angleterre de cette époque comme dans le Togo contemporain des Gnassingbé père et fils, usurpateurs de cinquante années de règne et d’indignité, tout était faux, tout n’était que machination : « Mais qui a le courage pour affirmer qu’il la voit? Le pays est pourri et il va le rester tant que de telles actions ne seront perçues qu’en pensées » (Acte III, scène 6), par tant de faiseurs de roi, tant d’aventuriers constitutionnels, tant de mercenaires électoraux, tant de journalistes véreux, tant de valets désargentés, tant « d’intellectuels tarés », tant de politiciens plaisantins, etc.
 
C’est à bras le corps que les Togolais se sont attaqués à l’impossible. Comme pour traduire dans les temps modernes une œuvre colossale, un destin implacable. C’est avec Shakespeare qu’il faut comprendre Shakespeare; c’est avec Hamlet (To be or not to be) qu’il faut comprendre Richard III (What is done cannot be undone). Dans le Togo de 2015 également, c’est avec un Gnassingbé qu’il faut comprendre un autre Gnassingbé : le fils pour bien assimiler le père, le père pour bien décoder le fils. Il faut donc voir à l’œuvre les différentes générations d’imposteurs pour montrer que le drame togolais ne sort de nulle part, et que « c’est une histoire qui continue » sans aucune retenue depuis cinquante ans : d’excès de victoire en excès de démagogie, jusqu’aux élections du 25 avril 2015, où le comble de l’imposture sera de nouveau mis en scène dans les bureaux de vote. Selon leur situation géographique, les membres d’une même famille peuvent être dispersés dans plusieurs bureaux de vote, disparaître même par confusion ou simplement voir les votants surpasser les inscrits sur les listes électorales. C’est selon que les électeurs sont favorables à l’opposition ou au pouvoir de régence. Inacceptable!
 
« Si vous perdez le pouvoir, vous ne le retrouverez plus jamais! ». C’est le seul testament politique de Gnassingbé Eyadema, le père, à ses enfants dont Faure Gnassingbé, le Gnassingbé II, qui a d’ailleurs succédé à son géniteur en marchant sur des centaines de morts en plein XXIe siècle; deux rapports indépendants dont celui des Nations unies font mention minimale de cinq cents morts. Avec un tel testament, bien loin de celui du « Laboureur et ses enfants », le valeureux testament du « Travaillez prenez de la peine. C’est le fonds qui manque le moins », tous les citoyens togolais se retrouvent en danger permanent d’abus de faiblesse parce qu’ils ne sont que des citoyens sans autres armes que leur vote et leur indignation.
 
Aujourd’hui, l’entêtement des Togolais à dénoncer ce que le régime et le système Gnassingbé considèrent comme leur droit à frauder toutes les élections semble ne pas être inutile. Avec une force contagieuse, la détermination de CAP 2015 et le caractère bien trempé de son leader Jean-Pierre Fabre, président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), ont su procurer une stratégie qui a poussé à une fraude électorale massive et intempestive jamais égalée au Togo, et devant des missions d’observateurs internationaux médusées autant que les chefs d’État africains désireux de calmer le jeu.
 
Rappelons. C’est même au cœur d’un grand découragement où les uns prônaient le boycott de ces élections présidentielles 2015 truquées d’avance, les autres donnaient lamentablement et inlassablement « Faure Gnassingbé favori » par medias et personnages délibérément aveugles d’intérêts et d’inconsistance, qu’une détermination et une conscience nouvelles ont su prendre tout le système au jeu républicain de la démocratie : le devoir de l’action permanente par le non-boycott des élections; ce qui donne le droit aujourd’hui d’influencer le cours des évènements au Togo.
 
Désormais. Plus rien ne peut s’opposer au devoir d’une fermeté républicaine dans la quête de l’alternance politique au Togo; même pas les dérives récurrentes des militaires, malheureusement dressés pour réduire à feu et à sang toutes les aspirations de liberté du peuple togolais. C’est ce pari de l’histoire des peuples et de la certitude de leur victoire qui a été pris par plusieurs personnes depuis tant d’années. C’est cette œuvre collective qui chemine vers son point d’achèvement inéluctable. C’est cette déferlante démocratie qui anime les prochains épisodes vers la fatalité d’un État de droit au Togo.
 
En réalité, ce que démontre le Togo de façon impitoyable et universelle, autant que le récit historique de Shakespeare ou la vie édifiante du Mādibā d’ailleurs, « c’est que nous avons toujours le choix de nous soumettre ou de rester debout, quelles que soient les circonstances et même quand tout semble jouer d’avance ». Comme Richard III que le peuple a fini par vaincre, Gnassingbé fils, le Gnassingbé II, reste et restera le dernier de cette dynastie malencontreuse et accidentelle au Togo. Le Togo ne sera plus jamais le même : un Togo meilleur et de dignité sera de retour par la constance de notre détermination. Justement dans le cas du Togo, le « beau signifie la fin possible de l’effroi » qui enserre tout un peuple et le prive de sa voix et de son vote. Rien n’est joué. Résolument, un autre Togo reste possible et il devient plus urgent encore.
 
Source : [29/04/2015] Pierre S. Adjété, Québec, Canada /27avril.com Photo aussi
 
pierre_adjate

Pierre S Adjete

Commentaires

comments

Publié le 29 avril 2015 dans Envoyez cet article à un ami

2 Responses pour “Gnassingbé II comme Richard III”

  1. koffi didier dit :

    bonne vision de la situation,, l´espoir reste permi,, faure reste et retera le dernier de la dynastie des gnass!!! pour l´intant rien n´est joué, nous ne sommes qu´au mi.temps du match

  2. abaladjo dit :

    Le togo tout entier fait pitié. On ne peu rien contre la volonté des diables qui sont les gouvernant du togo. mais la lutte continue

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

*
:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer