Grève/Public : Le gouvernement invite la STT au « dialogue » et au « respect des règles nationales et internationales de la vie syndicale »

image_pdfimage_print

ahoumez_zunu_500

Le gouvernement a invité mardi soir, la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) à « prendre ses responsabilités » et à « privilégier la voie du dialogue ». La réaction du gouvernement intervient, suite à un autre mouvement de grève de 72 heures, déclenché par la STT. La grève a fortement touché les secteurs de l’éducation et de la santé (public).

 

Certains élèves du secteur publics sont même allés +déloger+ leurs camarades des cours privés. Certains l’ont fait violemment, occasionnant des blessés. Telle est la situation observée au Collègue Notre Dame des Apôtres où certains élèves ont été blessés. Ce mouvement de grève intervient, malgré la menace du gouvernement le week-end dernier.

 

« Ceux qui suivront un mot d’ordre de grève non conforme aux dispositions légales et réglementaires régissant le droit de grève, s’exposent aux sanctions prévues par la loi », avait averti le gouvernement, jugeant la démarche de la STT « illégal », les discussions étant en cours.

 

« Malgré cela, la STT a non seulement maintenu son mot d’ordre de grève, mais aussi des groupes organisés se sont livrés à des actes de violences et d’incivisme caractérisés à Lomé et dans plusieurs villes du pays », souligne le gouvernement dans son communiqué publié mardi soir à la télévision nationale.

 

« Considérant la gravité de ces actes, le gouvernement tient à faire la mise au point suivante : (i) la grève est un droit reconnu par notre constitution et doit s’exercer de manière pacifique, dans un cadre légal et réglementaire, (ii) les auteurs des troubles et violences, ainsi que leurs commanditaires seront recherchés, poursuivis et traduits devant les tribunaux, (iii) le gouvernement demande à la STT de prendre ses responsabilités, de privilégier la voie du dialogue et de respecter les règles nationales et internationales de la vie syndicale », souligne le texte.

 

Le gouvernement se dit ouvert « à la recherche des solutions pour l’amélioration des conditions de vie et de travail de tous les agents de l’Etat ».

 

La grève déclenchée par la STT sera suivie d’un sit-in vendredi prochain. Les travailleurs réunis au sein de la STT avaient déjà observé un sit-in lundi dernier dans certains ministères.

 

La STT exige la satisfaction totale des points qui figurent sur sa plateforme revendicative, à savoir : doubler les salaires des travailleurs, redresser la grille, augmenter l’allocation familiale et trouver une prime de déplacement aux fonctionnaires. L’administration publique togolaise compte plus de 50.000 fonctionnaires. FIN

 

Edem Etonam EKUE

 
source : savoir news
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*