Interdiction de jeter des ordures ou de construire anarchiquement aux abords du grand contournement de Lomé

image_pdfimage_print

bawara_gilbert_500

Face aux « constructions anarchiques » et des dépôts d’ordures sur les abords du grand contournement de Lomé, les ministres des Travaux Publics et des Transports, Ninsao Gnofam et de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales, Gilbert Bawara montent au créneau pour interdire ces « pratiques ».

Par le biais d’un communiqué conjoint, les deux ministres rassurent du bien-fondé de cette interdiction.

«Dans le cadre de l’exécution des travaux d’aménagement et de bitumage du grand contournement de la ville de Lomé, il nous a été donné de constater que certains riverains ont transformé les abords de la route en décharge publique, des ordures ménagères, notamment du PK 12 plus 880 et du PK 12 plus 980, côté sud », relèvent-ils. 

Ces pratiques, selon eux, « sont de nature à impacter négativement la route et à bloquer son système d’assainissement et à provoquer de graves conséquences écologiques. Elles sont aussi de nature à accroître les risques d’inondation ».

Il est donc désormais « formellement interdit » d’effectuer tout dépôt d’ordure ou de réaliser tout ouvrage de quelque nature que ce soit sur ladite route.

Ce mardi, après leur tournée pour constater de visu l’état des ouvrages hydrauliques qui permettent d’assurer un assainissement collectif des eaux pluviales dans la ville de Lomé, les ministres de l’Urbanisme et de l’Habitat, Fiatuwo Sessénou et de l’Equipement Rural, Bissoune Nabagou n’ont pas caché leur mécontentement face à la « mauvaise » gestion par les populations de ces ouvrages.

Telli K.

 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*