Interview Dr Georges Williams Kuessan, président du Parti Santé du peuple, « Le Premier ministre est allé jusqu’à dire que la composition de la Cours constitutionnelle le gênait »

image_pdfimage_print

Georges-William-Kouessan_500


© togoactualite – Alors que la recomposition de la CENI et de la Cour constitutionnelle a du plomb dans les ailes, le CST et la Coalition ont sollicité une audience auprès du chef de gouvernement Ahoomey-Zunu pour lui parler de vive voix des reliquats des réformes. Dans cette interview, Dr William Georges Kuessan, membre de la Coalition nous fait le point des sujets de discussions et ce qu’il faut s’attendre. Lecture…
 
Togoactualité : Nous avons appris que vous avez eu une rencontre avec le Premier ministre Ahoomey-Zunu, est-ce que vous confirmez ?
 
Dr Georges Kuessan : Je le confirme, nous avons rencontré le Premier ministre le mercredi 10 septembre. Vous savez que la Coalition Arc-en-ciel et le CST avaient organisé une conférence de presse conjointe la dernière fois pour réclamer que la CENI actuelle arrête de fonctionner et qu’on procède à sa rapide recomposition. Nous avons également demandé qu’on puisse donner à la CENI toute son autonomie et son indépendance. Nous avons décidé la dernière fois d’envoyer une correspondance au Premier ministre, à laquelle nous avons joint la déclaration liminaire de cette conférence de presse et nous avons reprécisé les différentes préoccupations de cette déclaration liminaire et évidemment le premier ministre a répondu à notre correspondance et nous a donné rendez-vous sur la journée du 10 septembre 2014.
 
Togoactualité : Quels ont été les sujets abordés ?
 
Dr Georges Kuessan : Comme je le disais, nous avons reprécisé au Premier ministre notre préoccupation notamment que la CENI actuelle cesse de fonctionner, qu’on procède à sa rapide recomposition et qu’on puisse donner à cette CENI toute son autonomie et son indépendance. Egalement il y a des réactions de la part du gouvernement. D’abord de la part du ministre de l’administration territoriale, M. Gilbert BAWARA qui a essayé de nous faire comprendre qu’aujourd’hui si la CENI continue de fonctionner que cela n’est pas contre les textes, que c’est légal parce que dans les textes de la CENI, la CENI reste en fonction jusqu’à la mise en place d’une nouvelle CENI. Il nous fait comprendre également que la CENI qui est là, n’est pas uniquement composé des membres du parti au pouvoir qu’il y a un certain nombre de personnalités qui viennent de l’opposition et il a également essayé de faire comprendre qu’il y a un délai d’exécution de certaines tâches de la CENI et que cette dernière ne peut cesser de fonctionner au risque de voir du retard dans l’exécution de ces tâches.
 
Pour ce qui concerne la recomposition, il a regretté effectivement qu’il y a un retard dans la recomposition de la CENI et que cela ne dépendait pas en réalité de leur volonté et nous a promis que cela va se faire très rapidement. D’ailleurs, il y a des tractations au niveau de l’Assemblée nationale actuellement. Pour ce qui concerne l’autonomie et l’indépendance de la CENI, il nous a fait comprendre qu’en aucun moment le ministère de l’Administration territoriale n’a autre passé ces compétences, que c’est toujours la CENI qui amène ces doléances et le ministère essaie d’y répondre, que par exemple pour le recrutement des agents la spécification était faite par la CENI actuelle, également pour le contrat avec ZETES, le cahier de charge a été mis en place par l’actuelle CENI. Nous avons essayé, nous compris tout cela. Nous avons aussi abordé le problème de la Cour constitutionnelle, vous savez que depuis quelques jours il y a un appel à candidature qui était lancé pour le renouvellement de la Cour constitutionnelle, parce que la cour constitutionnelle était arrivée à terme de son mandat, et il faudrait procéder au renouvellement de cette Cour. Vous savez que cette Cour constitutionnelle à Togotélécom 2, nous avons évoqué le souci de revoir la composition de cette cour constitutionnelle.
 
Mais comme les réformes nous pas été faites, cette recomposition n’avait pas pu être faite pour cela l’opposition n’avait pas envoyé de noms parce que notre souci c’est de voir d’abord comment recomposer cette cour constitutionnelle, il était question de voir d’abord comment recomposer cette cour constitutionnelle ensemble avec les membres du gouvernement et de revoir le délai puisque l’opposition n’a pas envoyé de nom et là le Premier ministre a réagi de façon assez encourageant. Il est allé jusqu’à dire que lui-même la composition de la Cour constitutionnelle lui gênait en ce sens que la Cour constitutionnelle doit être composée des enseignants par exemple des enseignants et que pour lui l’enseignant n’aucune légitimité, c’est vrai l’enseignant a une légitimité par rapport à ces connaissance, mais n’a aucune légitimité populaire et que les deux organes qui sont investis de la légitimité populaire dans notre pays c’est la Présidence de la République et l’Assemblée nationale et qu’il faut que toute la composition de cette Cour puisse émaner de ces deux institutions. Il a émis ce souhait et il a promis qu’on va revoir cela.
 
Togoactualité : Vous n’êtes pas sous silence la question des réformes ?
 
Dr Georges Kuessan : Oui, nous avons également abordé la question des réformes parce qu’il y a un reliquat de réformes à vider. Là également le chef du gouvernement a dit qu’heureusement la question des réformes ne sont pas les seules préoccupations de l’opposition et c’est également les leur. Donc à partir de tout cela nous sommes dits qu’il y a lieu d’espérer de ces discussions.
 
Nous avons également abordé la question du statut de l’opposition. Vous savez qu’à cause de ce statut de l’opposition, la Coalition Arc-en-ciel n’avait pas envoyé de nom parce qu’on avait demandé que le statut de l’UFC soit clarifié avant d’envoyer de nom. Donc on est revenu sur le statut de l’opposition. On en a discuté en long et large. Maintenant pour finir je voudrais finir avec ce qui est ressorti de ces discussions, c’est surtout la notion de confiance. Chacun on s’est mis d’accord qu’on se fasse mutuellement confiance et que c’est dans cet esprit de confiance que les choses peuvent évoluer.
 
Mais ce que j’ai constaté c’est qu’au niveau du gouvernement qu’il y avait un réel besoin de communiquer à voir la disponibilité du gouvernement à discuter avec nous, on se dit que le gouvernement était également dans un besoin d’échanger avec l’opposition ceci dit nous avons le devoir de nous faire mutuellement confiance et nous allons attendre de voir dans les jours à venir tout ce que nous avons décidé au cours de ces discussions se concrétiser.
 
Togoactualité : Autrement dit, vous êtes satisfaits de cette rencontre avec le Premier ministre ?
Dr Georges Kuessan : Globalement, nous sommes satisfaits de cette rencontre mais comme je l’ai dit ça se sont des paroles mais nous n’avons pas le droit de mettre en doute ces paroles, nous pensons que cette disponibilité que nous avons remarqué chez le Premier ministre va se concrétiser et dans les jours à venir nous aurons les résultats.
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*