Interview Ras Ly « Si nous manifestons aujourd’hui et que les puissances occidentales n’ont pas la volonté d’appuyer le peuple nous allons seulement crier ».

image_pdfimage_print

ras-ly


© togoactualite – Ras Ly, artiste de la chanson reggae, est connu pour n’avoir pas sa bouche dans la poche. Dans cette interview, il nous livre sa lecture de l’actualité socio-politique togolaise.
 
Lecture…
 
TOGO ACTULAITE : Quelle est votre actualité ces derniers temps ?
 
RAS LY : Vous savez l’actualité, c’est tout ce que vous connaissez tous. Le problème est qu’on pense qu’en 2015 on pense que le ciel va se transformer en terre et la terre en ciel mais je dis qu’il n’y aura pas vraiment une surprise, c’est-à-dire que le Togo vit et vivra. L’actualité c’est pour dire que nous nous sommes là pour conscientiser les Togolais pour leurs quotidiens c’est-à-dire les assiettes, la santé, l’éducation c’est ça qui est aujourd’hui notre priorité laissons la politique aux politiciens et occupons-nous de ce qui nous regarde en tant qu’artiste.
 
TOGO ACTULAITE : Un de vos collègues a déclaré qu’il sera candidat à l’élection présidentielle ?
 
RAS LY : Je ne le connais pas personnellement mais tant pis pour les canards boiteux. Ces déclarations n’engagent que les auteurs et les commanditaires moi je n’en sais rien. Sur ce point je n’ai rien à vous dire.
 
TOGO ACTULAITE : Il y a quelques temps vous faisiez partie d’un mouvement citoyen « Y en a marre » et puis on ne voit plus. Que devient ce mouvement ?
 
RAS LY : Je vous remercie beaucoup de parler de ce Collectif. C’est un collectif qui n’a rien de politique, c’est un collectif qui a été crée pour revendiquer les droits des artistes et de la culture en général mais ma surprise est que nos ainés qui étaient censés nous aider on pensé que c’est un mouvement politique et ceux-là, les artistes ainés qui devraient nous soutenir dans ce combat ont dit que nous étions un parti politique affilié à l’opposition. Et lorsque les 400 millions ont été donnés par le pouvoir en place les premiers à déposer leur dossier ce sont ces personnes, vous les connaissez. Moi par exemple, fouillez dans les dossiers, je n’ai jamais déposé mes dossier, parce que cette idée, elle est bien venue, ça été inspiré de la Côte d’Ivoire mais de la manière dont ces sous ont été distribués laisse à désirer. Je remercie Dieu qu’à un moment donné les fonds alloués à la culture à un moment donnés a été évalué à 400 millions et Dieu seul sait comment ça a été aussi dilapidé.
 
TOGO ACTULAITE : Au Burkina Faso, les artistes ont pris le devant de la mobilisation contre la modification constitutionnelle qui a finalement emporté le président Blaise Compaoré. Quels enseignements tirez-vous de cette implication des artistes burkinabè dans les affaires de leur cité ?
 
RAS LY : Nous sommes un pays un peu compliqué. Si les burkinabè aujourd’hui n’ont pas l’appui d’une puissance extérieure, je crois que cette révolution, ils vont essayer de la faire mais ça va pas aboutir et je suis très content lorsque le Président français a dit qu’ils ont contribué à l’exfiltration de Blaise Compaoré à quitter le pouvoir ça veut tout dire. Aujourd’hui, la France a le monopole sur les pays africains qui sont dans son pré carré. Si nous manifestons aujourd’hui et que les puissances occidentales n’ont pas la volonté d’appuyer le peuple nous allons seulement crier.
 
Les burkinabè leur devise c’est la patrie ou la mort, nous vaincrons. Aujourd’hui le Togo est un pays cosmopolite. Lomé n’est pas seulement le Togo, lorsqu’on fait une manifestation et que les gens ne savent même pas à l’autre bout de la ville qu’il y a quelque chose, il faut une mobilisation générale et recueillir l’avis favorable de tous les citoyens. Mais je vous dis on ne va pas vendre un voleur pour acheter un sorcier.
 
TOGO ACTULAITE : Aujourd’hui, l’opposition togolaise réclame les réformes avant les élections. Quel est votre avis sur le sujet ?
 
RAS LY : Vous me posez à bout. Je ne suis pas un politique, je ne suis qu’un artiste et le devoir d’un artiste c’est d’avoir les yeux sur les hommes politiques mais l’artiste ne doit pas être le devancier des politiques là, il n’est plus artiste et il n’est plus politique aussi. Laissons les politiciens faire la politique parce qu’eux ils sont payés pour ça et nous les artistes qui sommes les leaders d’opinion, nous sommes là pour avoir un œil sur la politique.
 
TOGO ACTULAITE : Dans une de vos chansons, vous disiez qu’après les marches, le peuple rentre le ventre creux. Qu’est-ce qui vous a poussé à chanter cette chanson ?
 
RAS LY : Vous me poussez à bout et comme je suis un artiste qui n’a pas sa langue dans la poche, je suis obligé de vous dire certaine chose. Je me rappelle tout dernièrement lors d’une marche et lorsque ça a tourné au vinaigre où les forces de l’ordre ont commencé par réprimer les manifestants, nous avons vu ceux qui nous ont appelé à la manifestation sont rentrés dans leur 4X4 et ont laissé la foulé. Même les vieillards qui ne peuvent pas se déplacer on ne sait comment ces jeunes, ces vieux ont pu regagner leur domicile mais dans une heure de temps lorsque nous étions allés au domicile dans ces leaders nous avons vu dans quelles conditions ils étaient. Sincèrement après ces marches, il y a des gens qui ne trouvent pas de l’eau à boire ou du gari pour seulement satisfaire leur besoin. Où est-ce qu’on va ? Qui trompe qui ?
 
Je pense personnellement moi je suis mature, les erreurs du passé ne sont que des erreurs du passé, je pense que dans la vie, il y a un adage de chez moi qui dit que si tu ne sais où tu vas il faut savoir d’où on vient. Je suis dans cette logique.
 
TOGO ACTULAITE : Entre-temps vos chansons ne sont plus jouées sur les médias nationaux, est-ce que la situation a évolué aujourd’hui ?
 
RAS LY : Vos les médias vous essayé de jouer la musique qui fait endormir le peuple que d’ouvrir les yeux au peuple. En jouant la musique de RAS LY ce n’est pas moi qui vais te verser du sable dans ton atchèkè. Quand on va te virer je ne pense pas que tu vas venir chez moi, donc aujourd’hui les gens essaie de protéger leur intérêt que de penser à leur futur. Mais ce que nous faisons l’histoire nous rattrapera, moi je ne vais pas changer mon fusil d’épaule, je ne vais rien enlever rien dans mes chansons mais je vous dis la vérité je suis un artiste engagé, je ne fais que dire ce que le peuple demande que je dise et telles sont mes convictions.
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*