Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Toute l'équipe de Togo Actualité vous souhaite bonne heureuse année 2017. Merci pour votre soutien et votre fidélité. | | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.



Jean-Pierre Fabre invité sur RFI : Au Togo, «la dictature s’est renforcée»

image_pdfimage_print

jpf_anctogo


Au Togo, le numéro 1 de l’opposition, Jean-Pierre Fabre, est candidat à la présidentielle du début de l’année prochaine. Son parti, l’ANC, l’Alliance nationale pour le changement, l’a investi le 11 octobre dernier.
 
Mais au Togo, la présidentielle est à un seul tour. L’opposition ne risque-t-elle pas d’être battue si elle part en ordre dispersé ?
 
En ligne de Lomé, le président de l’ANC répond aux questions de Christophe Boisbouvier.
 
RFI : Qu’est-ce qui changera au Togo si vous êtes élu ?
 
Jean-Pierre Fabre : Beaucoup de choses parce qu’au Togo tout est à faire ! Il y a aura certainement l’édification d’un Etat de droit et surtout l’amélioration des conditions de vie des populations togolaises.
 
RFI : Mais n’y a-t-il pas eu des progrès quand même, depuis l’arrivée de Faure Gnassingbé au pouvoir en 2005 ?
 
Jean-Pierre Fabre : Non, pas du tout. C’est plus sournois, mais c’est plus féroce. La dictature s’est renforcée, il y a eu des cas de tortures avérés, il y a des députés qui ont été chassés de l’Assemblée nationale. Et puis surtout, les conditions de vie des populations togolaises se sont dégradées. Donc tout est à faire ; les infrastructures routières, les infrastructures scolaires. Et surtout, mettons fin à la pénurie de l’eau ! A 35 kilomètres au nord de Lomé vous n’avez plus d’eau. Vous avez des populations qui vivent en buvant de l’eau des marigots. Des pays comme le Burkina, le Niger se sont attaqués avec succès à ce grave problème. Et donc nous mettrons à peu près un mandat, au bout de cinq ans, je crois que nous mettrons fin à la grave pénurie de l’eau au Togo.
 
RFI : Vous dites qu’au Togo les élections sont fraudées et pourtant vous vous présentez à la présidentielle de l’an prochain. Est-ce que ce n’est pas contradictoire ?
 
Jean-Pierre Fabre : Pas du tout. Est-ce qu’il faut rester là à se croiser les bras et à dire : comme ce régime cinquantenaire est habitué à frauder il vaut mieux ne pas participer aux élections ? Non. Nous allons lutter, nous sommes des combattants. Nous allons tout mettre en œuvre pour obtenir une amélioration des conditions de ces élections.
 
RFI : Vous dites qu’en 2010 vous avez été battu par la fraude. Quelle amélioration depuis vous permet de dire que l’an prochain vous pourrez gagner ?
 
Jean-Pierre Fabre : Mais si vous vous rappelez en 2010, au moment où nous avions constaté que nous étions vainqueurs, le régime a envoyé la gendarmerie saisir les procès verbaux qui attestaient de notre victoire. Et donc, évidemment cette fois-ci nous allons tout mettre en œuvre pour que cette situation ne se reproduise plus. Qu’on ne vienne pas saisir nos procès verbaux, qu’on ne vienne pas arrêter ceux qui font le travail des centralisations et de compilation des résultats. Pour l’opposition, nous sommes en train de travailler ensemble depuis un moment pour obtenir la désignation d’un candidat unique. Ça nous faciliterait la tâche et nous mettrons nos moyens ensemble pour travailler. Si nous réussissons à désigner un candidat, nous allons créer une dynamique qui va permettre une grande mobilisation populaire !
 
RFI : Vous souhaitez ce candidat unique, mais pour l’instant l’opposition togolaise est divisée : maître Agboyibo, Brigitte Adjamagbo ou Kofi Yamgnane ne sont pas dans la même coalition que vous ?
 
Jean-Pierre Fabre : C’est possible, mais je crois que chacun mesure le danger qu’il y a à se présenter à ces élections en rangs dispersés. Nous sommes dans des discussions qui sont assez difficiles, des discussions qui durent depuis deux mois. Mais l’opposition n’est pas aussi divisée que vous le croyez. Vous parlez de maître Agboyibo, je crois qu’il a pris sa retraite politique. Le parti qu’il dirigeait est présidé désormais par maître Apévon. On participe ensemble à des discussions et on verra.
 
RFI : Et Kofi Yamgnane ?
 
Jean-Pierre Fabre : Il est actuellement à Lomé. On va se voir pour discuter. J’ai rencontré Brigitte Adjamagbo ce matin. Nous nous voyons, nous discutons !
 
RFI : Et justement, on s’étonne peut-être à ce moment-là que vous ayez présenté votre candidature dès le 11 octobre dernier, comme si vous vouliez prendre de vitesse vos camarades de l’opposition.
 
Jean-Pierre Fabre : Non, non. Pas du tout. Il ne s’agit pas de prendre qui que ce soit de vitesse. Nous étions dans un congrès de mon parti, il est normal que le parti désigne son candidat pour la prochaine élection. Mais le congrès a dit : « La candidature de monsieur Jean-Pierre Fabre, président de l’ANC à proposer aux forces démocratiques », on a pris toutes les précautions qu’il fallait pour ne pas effaroucher ou créer des frustrations.
 
RFI : Jean-Pierre Fabre, si le conclave du collectif Sauvons le Togo et de la coalition Arc-en-ciel désigne au bout du compte un autre candidat unique que vous, est-ce que vous retirerez votre candidature ?
 
Jean-Pierre Fabre : C’est une question difficile. Je sais qu’il y a des velléités, mais en cette matière-là il y a des critères objectifs pour la candidature unique et je pense que j’ai réuni ces critères-là.
 
RFI : Les critères objectifs c’est quoi ? C’est le nombre de députés que chaque parti possède à l’Assemblée nationale ?
 
Jean-Pierre Fabre : Par exemple : la qualité, le niveau de l’implantation des partis. Il y a beaucoup de critères et je pense que j’ai mes chances. J’ai réuni les conditions pour être candidat unique. D’autres peuvent penser également les réunir, mais on verra bien.
 
RFI : Dans une présidentielle à un tour comme au Togo, est-ce que l’opposition n’est pas sûre de perdre si elle n’arrive pas à trouver un candidat unique ?
 
Jean-Pierre Fabre : Oui. Je pense que ça va être très difficile si on n’arrive pas à dégager un candidat unique. Et c’est pour ça qu’on fait des efforts pour éviter cette situation.
 
RFI : Que répondez-vous à ceux qui disent que vous avez un tempérament peut-être un petit peu distant, un petit peu hautain, et que quelquefois ça rend la réconciliation entre tous les opposants un petit peu plus difficile ?
 
Jean-Pierre Fabre : Je ne peux pas empêcher les gens de dire des choses qui ne sont pas vraies. Peut-être que j’ai un tempérament un peu réservé, mais de toute façon tout le monde sait que je ne suis pas hautain. Je fais du sport, j’ai joué dans l’équipe nationale de volley du Togo à 16 ans. Qui veut noyer son chien l’accuse de rage. Donc je dis ceci : nous sommes prêts à faire tous les sacrifices qu’il faut pour mettre un terme à un système qui dure maintenant depuis 50 ans. C’est trop.
 
RFI
 

Ecoutez Jean-Pierre Fabre sur RFI

 

Commentaires

comments

Publié le 20 octobre 2014 dans Envoyez cet article à un ami

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*

:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer