Justice pour Thomas Sankara et Norbert Zongo : Le Mouvement Martin Luther King demande l’extradition de Blaise Campaoré et sa comparution devant les juridictions compétentes

image_pdfimage_print

Pasteur-Komi-Edoh_500

Lomé, le 3 Novembre 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE

 
Le Mouvement Martin Luther King la Voix des sans Voix félicite le peuple Burkinabè dont le courage et la détermination ont conduit au renversement de Blaise Compaoré du pouvoir et demande illico presto son extradition et sa comparution devant les juridictions compétentes afin qu’il réponde avec son frère cadet François Compaoré de leurs crimes.
 
En effet, il a fallu seulement moins d’une semaine d’insurrection populaire au pays des hommes intègres pour que le Capitaine Blaise Compaoré, l’ex-homme fort du Burkina, puisse être demis de ses fonctions. Au pouvoir depuis 1987, après avoir assassiné son camarade d’arme Thomas SANKARA, l’ex-président dont le dernier mandat expire en novembre 2016, n’entend pas se retirer.
 
Pour parvenir à ses basses besognes, il fallait sauter le verrou constitutionnel dans son article 37 à travers le vote parlementaire d’un projet de loi visant à réviser la constitution afin qu’il se présente à la fin de son actuel mandat en vue de s’éterniser au pouvoir comme la plupart des dirigeants de l’espace francophone d’Afrique.
 
Coup de théâtre et ironie de sort ! C’était sans compter avec le peuple souverain du Faso, qui mobilisé, massivement de toutes les contrées, a réussi d’abord à faire résigner le dictateur de son projet anti-républicain avant de le pousser à sortir par la petite porte, celle de la honte et de l’humiliation ce 30 octobre 2014. C’est la fin d’une dictature militaire, vieille presque de trois (03) décennies, le dernier reliquat de l’Afrique Sub-saharienne et durant laquelle d’énormes crimes odieux et crapuleux ont été commis.
 
Parmi ces actes criminels et barbares, figurent l’assassinat du Capitaine Thomas SANKARA en 1987 et les exactions extrajudiciaires des opposants qui s’en sont suivies ; l’assassinat du journaliste Norbert ZONGO en 1997 dont le principal instigateur est son frère cadet François Campaoré. Beaucoup d’actes horribles, ignobles et attentatoires à l’intégrité du Burkina Faso notamment le refus de respecter la loi fondamentale qu’il a déjà révisé pour proroger son règne au détriment de la volonté populaire. Aujourd’hui les faits doivent le rattraper pour que l’histoire du Burkina Faso soit réellement réécrite.
 
A cet effet, le Mouvement Martin Luther King (MMLK) demande que l’ex -Président soit extradé afin qu’il comparaisse avec son frère et ses hommes de main devant les juridictions compétentes en répondant aux différents crimes commis jadis dans l’impunité.
 
Le mouvement Martin Luther King lance un appel au président Ivoirien Allassane OUATTARA de ne pas protéger l’ancien président fugitif Burkinabè mais de le livrer à la loi pour que justice soit faite aux victimes, comme il l’a fait pour le Président Laurent GBAGBO pourtant innocent et non coupable.
 
Le Mouvement Martin Luther King espère que la révolution Burkinabè servirait du modèle aux pays Africains dont les dirigeants s’apprêtent à réviser leur constitution pour s’offrir un autre mandat alors qu’ils ont déjà brigué leur légalité constitutionnelle.
 
Justice pour Thomas SANKARA et Norbert ZONGO !
 
 

Le Président
 
Pasteur EDOH KOMI

 
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*