Kossi Assimaidou, instrumentalisé par Faure Gnassingbé et Cie. Le ridicule ne tue au Togo

image_pdfimage_print

Kossi_Assimaidou_550


Depuis le départ en retraite annoncé de Kossi Assimaidou, administrateur du Fonds monétaire international (FMI), le compatriote est devenu le nouveau Christ du régime, l’homme providentiel qui peut ouvrir les portes du paradis au jeune Timonier tropical, Faure Gnassingbé | Republicoftogo
 
On l’avait vu venir. On savait que le régime autocratique Rpt/Unir allait en faire une récupération politicienne. Et on ne s’est pas trompé. En quête de soutiens, et surtout financiers, pour organiser la prochaine mascarade électorale sur fonds propres, Faure et ses apparatchiks n’hésitent pas à saisir au bond toutes les occasions qui s’offrent à eux.
 
Kossi Assimaidou, le nouvel objet de désir de Faure
 
Depuis le départ en retraite annoncé de Kossi Assimaidou, administrateur du Fonds monétaire international (FMI), le compatriote est devenu le nouveau Christ du régime, l’homme providentiel qui peut ouvrir les portes du paradis au jeune Timonier tropical. On le chouchoute, on le dorlote. Tout est mis en œuvre, avec parfois des artifices ridicules pour l’attirer aux côtés du tyranneau et de ses suppôts et en faire un allié incontournable dans l’espoir qu’il puisse activer ses réseaux au FMI et faire ouvrir les vannes.
 
C’est le site de propagande du régime, republicoftogo qui avait donné le ton en pondant des articles dithyrambiques à la gloire du nouveau messie du régime. « Face aux blocages et à l’incompréhension rencontrés parfois, cet ancien ministre des Finances togolais franc et jovial a toujours fait preuve de persuasion et de conviction. Il a largement contribué à faire évoluer les relations entre le FMI et les pays africains et à jeter les bases d’une coopération résolument pro-active qui a largement porté ses fruits », écrit le blog personnel de Charles Debbasch.
 
Comme republicoftogo ne fait rien sans rien, on avait flairé le coup, su qu’il y avait quelque chose qui se tramait dans les coulisses. On avait eu la preuve vendredi dernier. Kossi Assimaidou a été décoré vendredi dernier Officier de l’Ordre du Mono par Faure Gnassingbé himself. Une cérémonie à laquelle avait pris part tout le conglomérat au pouvoir, ceci pour montrer à l’homme qu’il compte beaucoup pour le régime. Il ne reste à Faure que de le nommer Vice-président du Togo.
 
Connaîtra-t-il meilleur sort ?
 
Quand le pouvoir Rpt/UNIR est en difficulté, il se rabat sur les Togolais de l’extérieur, ceux qui travaillent dans les institutions internationales pour essayer de redorer son blason. Après les avoir usés, pressurés comme de l’orange, on jette le reste à la poubelle. Il nous souvient, pour soigner son image sur le plan international après le hold-up électoral de 1998, Gnassingbé père avait débauché de son poste à Genève Eugène Koffi Adoboli, ancien haut fonctionnaire du système des Nations Unies qu’il avait fait son Premier ministre. Après avoir servi le régime, Eugène Koffi Adoboli sera humilié et son nom trainé dans la boue. L’ex-Premier ministre et certains de ses anciens collaborateurs, seront accusés par le régime de Faure Gnassingbé d’avoir détourné 800 millions de francs dans le cadre du projet de construction de villas à la Cité de l’OUA à la fin des années 90. Un mandat d’arrêt international sera même délivré contre lui.
 
Comme son père, Faure Gnassingbé ira à son tour dénicher dans les arcanes des Nations-Unies, Gilbert Fossoun Houngbo, Directeur Afrique du PNUD qu’il avait aussi bombardé Premier ministre. Il ne connaîtra pas meilleur sort. Il sera chassé par les « sécurocrates » de Faure Gnassingbé, les tortionnaires Mohamed Atcha Titikpina et Alex Yotroféi Massina. Son tort, c’est d’avoir tenté de calmer la tension sur le plan politique en militant pour la libération des militants de l’opposition injustement arrêtés et incarcérés.
 
Si l’autre PNUDienne, celle qui joue à la « cantata », on a nommé Da Victo, ramenée avec lui par Gilbert Houngbo, semble être adulée par Faure Gnassingbé, certains pensent qu’elle serait utile sur d’autres plans.
 
Aujourd’hui, c’est l’administrateur du FMI, Kossi Assimaidou annoncé en retraite que Faure Gnassingbé tente de séduire par tous les moyens. Connaissant le régime, certains se demandent à juste titre s’il ne subira pas les mêmes sorts que Houngbo et Eugène Adoboli.
 
Source : [03/11/2014] Liberte-Togo
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*