La STT menace de paralyser à nouveau l’administration la semaine prochaine, sit-in lundi suivi d’une grève de 72 heures

image_pdfimage_print

Dr-Gilbert-TSOLENYANOU_500

L’administration publique sera encore paralysée la semaine prochaine, la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) ayant annoncé un « sit-in national » lundi, suivi de 72 heures de grève à compter de mardi pour exiger la satisfaction « totale » de ses revendications.

 

Telle est la décision prise par la +base+ de la STT, lors d’une Assemblée générale tenue mercredi à Lomé.

 

Les responsables de la STT auraient déjà envoyé une correspondance au gouvernement, lui notifiant les différentes actions que la Synergie entend mener les semaines à venir.

 

« Lundi prochain, nous aurons un sit-in national de 8h08 à 11h11. Ensuite, nous observerons une grève de 72 heures (mardi, mercredi et jeudi). Si nous n’avons pas satisfaction, nous remettrons le sit-in vendredi », a indiqué Dr. Gilbert Tsolenyanou, le porte-parole de la STT, soulignant que les travailleurs sont déterminés à obtenir les points figurant sur leur plateforme revendicative.

 

« C’est la STT qui est responsable de sa plateforme déposée en 2013. En aucune façon, elle n’accepterait que d’autres personnes puissent s’en prévaloir. Ce qui est fondamental pour nous, c’est l’obtention totale des points qui figurent sur notre plateforme, à savoir doubler les salaires des travailleurs, redresser la grille, augmenter l’allocation familiale et trouver une prime de déplacement aux fonctionnaires », a souligné Dr. Tsolenyanou.

 

Le gouvernement et les centrales syndicales dont la STT étaient parvenus vendredi dernier, à des points d’ »accord » au lendemain de la fermeture des établissements scolaires, suite à des manifestations de rues des élèves pour exiger la reprise des cours. Pour la STT, rien n’a été conclu avec le gouvernement, avant qu’il ne décide de rouvrir les établissements.

 

Du côté des autres Centrales syndicales, les efforts considérables ont été faits par le gouvernement. La Coordination des Centrales Syndicales du Togo (CCST), note avec satisfaction que le gouvernement a fini par ouvrir de « véritables négociations » avec les travailleurs.

 

Rappelons que les mouvements de grève déclenchés par la STT ont fortement paralysé l’éducation et la santé, deux secteurs dans lesquels la Synergie est implantés. L’administration publique compte environ 50.000 fonctionnaires. FIN

 

En Photo : Dr. Gilbert Tsolenyanou

 

Edem Etonam EKUE

Commentaires

comments

Laisser un commentaire

Saisissez votre mail.

*