L’ATC appelle le gouvernement à s’activer plus dans le contrôle des médicaments pharmaceutiques

image_pdfimage_print

pharmacie_non_conventionee


Selon l’Institut de recherche anti-contrefaçon du médicament, ces trois (3) dernières années, plus de 750 millions de produits pharmaceutiques illicites et contrefaits ont été interceptés dans les ports maritimes africains et feraient plus de 700 000 morts chaque année dans les pays africains.
 
Ce rapport a fait réagir jeudi l’Association Togolaise des Consommateurs (ATC) qui, lors d’une rencontre avec la presse, a insisté sur l’action des pouvoirs publics à exercer plus de contrôle en matière de médicaments au Togo.
 
« Nous voulons par ce rapport, solliciter davantage des pouvoirs publics, d’abord le gouvernement, à travers ses services compétents qui sont la douane, les ministères de la santé, du commerce, de l’intérieur et de la sécurité pour qu’on rende efficaces les contrôles sur les médicaments. Les contrôles faits aujourd’hui, nous les trouvons insuffisants », a déclaré Agouta Oyenga.
 
Selon l’association de protection des consommateurs, un accent particulier doit être mis sur le contrôle du médicament déjà au niveau du fabriquant avant d’en arriver au Togo. « Il faut aussi plus de contrôle dans la distribution des médicaments et au niveau des pharmacies », a ajouté M. Agouta.
 
Pour ce qui concerne les médias, ils doivent, pour lui donner l’information pour que les consommateurs fassent beaucoup plus attention dans le choix des médicaments
 
Au nombre de ces médicaments illicites et contrefaits qui se déversent sur les marchés africains, non compte les anti-inflammatoires, les antipaludéens.
 
En début du mois de juin 2014, 10 tonnes de médicaments contrefaits saisis par la police ont été présentés à la presse au Togo.
 
Telli K
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*