Le CACIT déterre les violences électorales de 2005

image_pdfimage_print

massacre_2005_515


Dans moins d’un mois, les Togolais iront aux urnes, plus précisément le 15 avril prochain pour choisir pour les cinq (5) prochaines années à venir, un président de la République.C’est le moment choisi par le Collectif des associations contre l’impunité et la torture au Togo (CACIT), pour réclamer le droit des victimes de violences électorales de 2005.
 
Pour obtenir gain de cause, le collectif sera en sit-in ce mercredi 18 mars devant le ministère de la Justice.
 
Selon Mawuli Spéro, président du CACIT, bien que beaucoup d’actions aient été menées par le CACIT et même malgré les arrêts de la Cour de justice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) qui ont demandé au gouvernement togolais d’instruire les plaintes, rien n’a été fait jusqu’à ce jour.
 
« Étant donné l’indifférence des autorités face à ce problème, nous avons décidé avec les victimes, de nous porter devant le ministère de la justice mercredi et nous invitons toute la population à venir nous soutenir ce jour-là », a déclaré Mawuli Spéro sur une radio de la place.
 
Selon les informations, cette manifestation du CACIT est délogée à la plage par le président de la délégation de la ville de Lomé.
 
Les premiers responsables de l’organisation n’entendent pas cela de cette oreille. Ils ont décidé de maintenir ce sit-in devant le ministère de la justice, qui représente, selon eux le premier organe du gouvernement concerné par cette exigence.
 
Le président du CACIT a lancé un appel à l’endroit du président de la délégation spéciale de la ville de Lomé, afin que celui-ci revienne « à de meilleurs sentiments pour autoriser la manifestation dite « pacifique ».
 
A titre de rappel, l’élection présidentielle a été émaillée de violences et plusieurs organisations de défense des droits de l’homme nationales qu’internationales ont dénombré des centaines de morts. Plusieurs dizaines de milliers de Togolais se sont également déplacés vers le Bénin et le Ghana voisins.
 
Elisabeth S.
 
source : afreepress
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*