Le poste de vice-présidence, nouvelle pomme de discorde au sein de la CENI

image_pdfimage_print

ceni_bat


Après la vague de problèmes causée par le désaccord sur le système de transmission et de collecte des résultats et du positionnement des candidats sur le bulletin de vote, une nouvelle pomme de discorde se fait sentir au sein de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à quelques jours du scrutin présidentiel.Il s’agit de la désignation d’un nouveau vice-président à cette institution qui organise et supervise les élections, après la démission et le remplacement de l’ancien tenant de ce poste en la personne de Nabouréma, représentant de l’Alliance nationale pour le changement (ANC).
 
Selon les informations, les huit (8) représentants au sein de cette commission, après trois (3) réunions tenues les 3, 4 et 6 avrils derniers, dont le procès-verbal a été transmis au président de la CENI le 9 avril, penchent pour Edem Atantsi, représentant de l’ANC en remplacement du premier.
 
C’est à l’issue d’un vote au terme duquel sept (7) des huit (8) représentants du « groupe de l’opposition » au sein de la CENI ont désigné M. Atantsi.
 
C’est sans compter avec Jean-Claude Homawoo, seul représentant de l’Union des forces de changement (UFC) qui aspire à être reconduit à ce poste après l’avoir occupé au sein de la CENI qui a organisé les élections législatives de juillet 2013.
 
Telli K.
 
source : afreepress
 

Commentaires

comments

Une Réponse à "Le poste de vice-présidence, nouvelle pomme de discorde au sein de la CENI"

  1. Etiko   13 avril 2015 at 17 h 28 min

    Homawoo est un salaud qui appartient a la race des vipers.

    Répondre

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*