Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Selom Klassou a représenté ce vendredi Faure Gnassingbé à l’investiture du président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, réélu démocratiquement début octobre 2016 (officiel). | Mettre la pression pour les réformes : CAP 2015 en tournée fin août à partir de Tône (nord) | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.



Le pouvoir du Prince est réellement cynique

image_pdfimage_print

ayassor


Le moins que l’on puisse dire, c’est que le pouvoir du Prince fonctionne de la manière suivante :Si vous oser nous tenir tête, si vous osez réclamer quoi que ce soit, on va vous montrer que nous avons le pouvoir de décision, on va vous prouver que quoi que vous fassiez, nous sommes les plus forts, détenteurs de tous les pouvoirs même de vie ou de mort des citoyens.
 
Ceci est loin de s’apparenter à une affirmation gratuite, elle repose en effet sur des faits précis qui démontrent avec précision, le niveau de cruauté et d’inhumanisme de ce régime.
 
En effet, du fait que les travailleurs des secteurs de la santé et de l’éducation ont vivement réclamé en 2013 et 2014, de meilleures conditions de vie et de travail, et puisqu’à l’époque, le pouvoir était tellement dos au mur qu’il n’avait eu d’autre choix que de céder, il a trouvé le vilain et lâche moyen de se venger incroyablement sur ces deux secteurs en 2015.
 
Le budget 2015 en dit largement long et avec une telle éloquence que même les aveugles peuvent s’apercevoir combien le Togo est dirigé par des gens qui n’ont plus vraiment de scrupules.
 
Le Prince et sa bande de cyniques ont réduit substantiellement les lignes budgétaires consacrées aux deux secteurs au Togo et maître Isabelle Ameganvi a bien fait de révéler toutes ces incongruités à la place publique dimanche dans une émission télévisée.
 
Dans le secteur de la santé, le budget 2015 est de 2,549 milliards de moins que celui de 2014. Ceci arrive au moment où, les médecins, les auxiliaires de santé, les sages-femmes etc. triment pour non seulement joindre les deux bouts, mais surtout aussi pour travailler dans des conditions décentes.
 
Le plateau technique est vétuste et complètement éculé, le nombre de médecins cruellement insuffisant, les infrastructures totalement désuets. Et c’est bien en ce moment que le pouvoir du Prince a trouvé judicieux de réduire drastiquement la ligne budgétaire qui devra revenir à ce secteur plus que vital du pays.
 
Pire, le Togo est aujourd’hui est à 6% de budget alloué au secteur de la santé alors même que le protocole de la CEDEAO recommande un minimum de 15% pour ce secteur. On est où là ?
 
Mais ce n’est pas tout. Dans l’Enseignement primaire et secondaire, le gap est encore plus béant, 17,545 milliards de moins que ce qui était consacré à ce secteur essentiel en 2014.
 
Est-il nécessaire de rappeler que le nombre d’élèves a augmenté, que le nombre d’enseignants a aussi augmenté, que les besoins sont de plus en plus récurrents et croissants dans ce secteur ? Plutôt abscons ou même affreux !!!
 
Et comme si cela ne suffisait pas, l’Enseignement supérieur qui regorge la pépinière de l’intelligentsia togolaise a aussi subi une coupe effroyable, plus 4,429 milliards de moins que 2014.
 
Quand on fait le cumul, l’on se retrouve avec la bagatelle somme de 24,523 milliards de moins sur l’ensemble des deux secteurs par rapport au budget de 2014.
 
Or, au même moment, la présidence engrange 14 milliards comme budget alors qu’il y a juste 10 ans, ce budget était juste de 5 milliards.
 
Au FNFI, ce fonds mis en place pour la propagande politique du Prince, l’on pousse le curseur de 2 milliards à 12 milliards. Voilà l’une des causes de la grippe actuelle entre le Togo et les institutions de Breton Wood, notamment le fonds mondial.
 
Hormis toutes ces incongruités et ses bassesses relevées dans ce budget 2015, il s’avère important de rappeler tous les écarts de comportement, toute l’insolence que l’on note dans l’attitude de ces gouvernants et qui coûtent affreusement cher au Togo et à son budget.
 
Des milliards se volatilisent tous les mois pour soit lubrifier des réseaux mafieux, soit pour soudoyer des diplomates en vue de les pousser à fermer les yeux sur les errements du Prince ou alors pour payer des violations flagrantes des droits de certains opérateurs économiques ou simplement d’honnêtes citoyens que le régime juge nécessaire de tricher.
 
Qui dit alors qu’il n’y a pas d’argent au Togo pour doubler ou même tripler les salaires des fonctionnaires ? Qui dit que les travailleurs n’ont pas raison de réclamer avec rigueur des conditions optimales de vie et de travail ?
 
Au regard de toutes ces démonstrations, il devient plus qu’impérieux de s’interroger sur le rôle que le Chef de l’Etat et ses sbires ont choisi de jouer à la tête de ce pays.
 
Sont-ils là pour eux-mêmes, pour leurs intérêts personnels, pour instrumentaliser le peuple et le ruiner autant qu’ils le désirent, ou alors ont-ils envie vraiment de travailler pour donner une chance de vie et de devenir à ce pays ?
 
Voilà le contexte dans lequel le fils d’Eyadema dit qu’il va rempiler, qu’il va demander le suffrage des togolais pour faire un mandat de plus. Pour quoi faire ?
 
Sans doute pour continuer de gruger le peuple et nourrir sa bande de profiteurs qui ont signé un pacte avec le vol, les détournements et le gangstérisme économique au Togo. Vraiment pitié pour les togolais !
 
source : togoinfos
 

Commentaires

comments

Publié le 9 mars 2015 dans Envoyez cet article à un ami

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

*
:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer