Le SYNPHOT dresse l’état « désastreux » du système sanitaire au Togo

image_pdfimage_print

hopitaux_etat_desastreux


Contrairement aux discours officiels, le système sanitaire togolais est dans un état « catastrophique », les locaux et les matériels techniques sont dans un état « désastreux ». De Lomé à Cinkassé, les patients et les agents vivent l’enfer au quotidien.
 
Telle est la situation du système sanitaire que le Syndicat national des praticiens hospitaliers du Togo (SYNPHOT) a dressé ce jeudi à Lomé devant la presse, a appris l’Agence de presse Afreepress.
 
Selon cette structure syndicale membre de la Synergie des travailleurs du Togo (STT), dans les réanimations, les laboratoires et les différents secteurs des centres hospitaliers du Togo, la situation est tout simplement « chaotique ».
 
« Dans les réanimations, on note un dénuement extrême, il n’y a pas d’appareils pour le monitorage des malades, il n’y a pas d’électrocardiogramme et d’oxymètre ni d’appareil de dialyse, les centrales d’hygiène ne fonctionnent plus, les médicaments de première nécessité, même les plus simples, comme le valium ou l’adrénaline sont inexistants. Il en découle un fort sentiment d’insécurité pour les patients et les taux de décès sont très élevés », indique la déclaration du SYNPHOT.
 
« Dans les laboratoires, les activités sont souvent interrompues. En hospitalisation, les matelas sont pouilleux, déchirés et parfois malodorants, les sanitaires dans un état d’insalubrité indescriptible. En gynécologie, en médecine, en chirurgie et en pédiatrie, rares sont les cas d’hospitalisation comportant des sanitaires », dénonce le SYNPHOT.
 
Plus concret, le scanner du Centre hospitalier régional (CHR) Lomé Commune inauguré par le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé en 2010, n’a jamais fonctionné. La pompe sécurisante du bloc opératoire du Centre hospitalier universitaire (CHU) Sylvanus Olympio, le plus grand hôpital public du Togo, ne travaille pas, les opérations se font dans des salles exposées aux mouches et aux autres insectes, ont signalé Dr Atchi Walla et ses collègues.
 
Selon le Secrétaire général adjoint du syndicat, Dr Damelan Kombaté, malgré cette situation « alarmante », les allocations budgétaires allouées au secteur de la santé subissent encore une diminution de 3,91%.
 
Et pourtant, en 2001, l’engagement a été pris par les chefs d’Etat africains, que 15% du budget général seront alloués au secteur, rappelle-t-on par ici. Au Togo, seulement 6% y sont affectés depuis des années.
 
Le SYNPHOT propose qu’un audit du système sanitaire soit fait dans les plus brefs délais et que des solutions « idoines » soient trouvées en vue de mettre les hôpitaux togolais aux normes internationales.
 
Telli K.
 
source : afreepress
 
photo : Le Canard Indépendant

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*