Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Toute l'équipe de Togo Actualité vous souhaite bonne heureuse année 2017. Merci pour votre soutien et votre fidélité. | | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.
 

Les confessions religieuses impliquées dans la lutte contre les violences basées sur le genre

image_pdfimage_print

dede_500x350

Malgré les efforts de lutte contre les violences basées sur le genre (VBG), le phénomène demeure une préoccupation majeure dans les communautés et prend des proportions alarmantes.

 

Telle est la situation qui a convié les acteurs de la promotion de la femme et de la jeune fille et les confessions religieuses, ce mardi à Lomé, à une rencontre pour la consolidation des argumentaires religieux et traditionnels de lutte contre les Violences Basées sur le Genre (VBG).

 

Organisé avec l’appui du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), la rencontre vise l’implication des chefs religieux et traditionnels, « canaux d’informations » dans la lutte contre le phénomène pour  des résultats « probants ».

 

Selon les organisateurs, la présente réunion fait suite à celle de 2011 à l’issue de laquelle une ébauche d’argumentaires religieux et traditionnels avait été élaborée. Elle compte doter les chefs religieux d’un document pouvant permettre de monter les éléments des religions interdisant la violence faite aux femmes et aux filles.

 

« Aujourd’hui nous ouvrons cet atelier sur les argumentaires religieux qui doivent aider à lutter beaucoup plus contre les violences basées sur le genre qui affectent principalement les femmes et les filles. Les participants sont des actifs parce qu’ils nous aident déjà par la sensibilisation dans leurs localités et ils interviennent aussi dans la résolution des cas de violences en interdisant que les gens ne s’en prennent aux femmes et aux filles », a expliqué Dédé Ahoéfa Ekoué, ministre de l’Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation.

 

Pour elle, il est question aujourd’hui, de passer à une vitesse supérieure d’où la nécessité d’avoir un argumentaire qui pourra convaincre les fidèles de chaque religion que la violence basée sur le genre à l’égard des femmes et des filles est inacceptable dans les religions.

 

A la fin de la rencontre, un argumentaire sera adopté et servira à tous les chefs religieux de pouvoir montrer concrètement à leurs fidèles les éléments qui interdisent la violence à l’égard des femmes.

 

La cérémonie d’ouverture de cet atelier a connu la participation du représentant résident du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), le Docteur Koffi Justin et d’autres responsables administratifs et religieux.

 

Mao R.

 

Commentaires

comments

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*

Publié le 9 juillet 2014


Catégorie(s) : Non classé
Tags :

"Je suis Jean-Pierre FABRE, je ne suis pas à vendre ni à acheter. Je ne vénère pas l'argent."



A LA UNE


Spolié mais stoïque, ce peuple mérite mieux. Mais, c'est écrit, il y aura l'alternance au Togo.


:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer