Les médias associés à la lutte contre le virus Ebola

image_pdfimage_print

ahoumey_pm


© togoactualite – Les professionnels des médias étaient conviés ce jeudi à une réunion à la Primature. Les échanges ont tourné au cours de cette réunion présidée par le premier ministre Ahoomey-Zunu sur les échanges sur la professionnalisation de la communication sur la maladie du virus Ebola qui sévit dans la zone ouest africaine depuis le mois d’avril 2014.
D’entrée de jeu, le Premier ministre a remercié les journalistes pour l’accompagnement dont ils font preuve contre cette maladie au côté du gouvernement.
 
Toutefois, reconnait-il, « C’est vrai c’est une lutte difficile, nous sommes aujourd’hui dans le cadre des états de l’Afrique de l’ouest, la CEDEAO, de réfléchir à une vision commune de cette lutte, de cette riposte, de cette prise en charge », a déclaré le Premier ministre. Il a poursuivit : « Je crois qu’au niveau de chaque état, il y a des particularités, des spécificités qui sont tels que des journalistes que vous êtes, vous devez comprendre les enjeux et nous aider à faire une bonne communication parce que la communication n’est pas seulement en terme de prévention. Pour qu’il y ait aussi une bonne prise en charge, il faut que nos concitoyens soient informés de la démarche que chacun doit avoir contre cette maladie »
 
Après les mots d’introduction M. Ahoomey-Zunu, le professeur NAPO-OURO KOURA, a présenté le Comité de gestion de la maladie mis en place par le gouvernement. Ce Comité qui compte en son sein six cellules à savoir une cellule de coordination, et des cellules techniques dont la cellule information, éducation, de prise en charge, d’éveil… a axe ces actions sur la sensibilisation, la prévention et la préparation à la riposte.
 
« Toutes ces cellules sont dans une disposition de travailler en symbiose pour que le comité de gestion puisse avoir une action synergique. Vu la prise de risque par les compagnies de transports, nous nous sommes mis dans la disposition des pays immédiatement frontalier puisque le risque par ce type de transport devenait un risque réel », a déclaré le prof. Koura.
 
« Nous souhaiterons que pour la gestion des rumeurs, les médias s’approchent de ce Comité pour avoir des informations qu’il faut », a pour sa part, déclaré le colonel Sognè Badjo, membre du comité pour qui la maladie, elle-même, est source de psychose. Si les médias en parlent, ils le font de bonne foi mais c’est l’impact que ça fait au niveau de la population et tout ceci nous reconnaissons qu’il faudrait qu’on intensifie la sensibilisation, qu’on donne des informations qui rassurent, a-t-il précisé.
 
Notons que cette maladie qui sévit dans cinq pays de l’Afrique de l’ouest et la RDC a déjà fait près de 1500 morts.
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Commentaires

comments

Laisser un commentaire

Saisissez votre mail.

*