Lettre ouverte à Monsieur le Président sortant Faure Essozimna Gnassingbé

image_pdfimage_print

faure_affiche_eleves


Objet : Demande de retrait d’une affiche de campagne
 
Monsieur le Président sortant,
 
L’horreur, n’est pas instinctivement une marque de fabrique des djihadistes qui, sous la dictée des humeur noire, méchante et sauvage, créent et posent des actes attentatoires, inhumains, bas et barbares. L’horreur, c’est aussi porter le label d’une hypocrisie déconcertante et choquante qui feint naître d’une ignorance désirée et charmée, mais qui finalement, fait de nous, l’homme d’un abord répulsif.
 
Si vous en doutez, Monsieur le Président sortant, nous venons vous saisir de cette affiche de campagne hélant l’horreur, dégoût et mépris, sur laquelle vous vous êtes posé tout sourire comme un maître autour de ses élèves, avec l’esprit d’un homme très attaché au sacré de l’éducation au Togo. Non ! Non seulement vous n’êtes pas digne d’adopter une telle posture, car l’analyse et la litanie des faits socio-politiques majeurs au cours votre décennie au pouvoir ne militent pas en votre faveur et prouvent à suffisance que l’éducation, la meilleure éducation au Togo, n’a jamais été au centre de vos préoccupations, mais vous avez toujours fait montre de grands mépris vis-à-vis de nos jeunes élèves. Oui, nous aurions tort de parler ainsi si les assassins d’Anselme et Douti étaient connus et punis, nous aurions tort si les jeunes de Gléi n’avaient pas fait la douloureuse expérience du « déjà frappé » sous l’envie déchaînée des bottes satanistes et le sifflement des balles, nous aurions aussi tort si la grève du corps enseignant n’était pas considérée comme une revendication politique et si les spadassins n’étaient pas dressés sur les voies pour installer la terreur. La liste n’est pas exhaustive…
 
En effet, au-delà du caractère provocateur de cette affiche, alors que la période ne s’y prête pas, nous croyons surtout avec le message qui y est véhiculé « Avec eux (élèves), je me sens Faure » ; qu’elle est symptomatique de l’hypocrisie légendaire et outrancière qui a toujours caractérisé votre régime. Nous sommes bel et bien conscients et tristes que nous prêchions dans le désert en vous demandant expressément de faire disparaître cette affiche particulière, mais nous nous réjouissons également que les grands hommes d’État saisis de cette requête l’ont fait d’un claquement de doigts. Nous pensons à l’ex-Président du Nigeria Goodluck Jonathan qui a interdit au cours de sa campagne l’affiche sur laquelle ses partisans avaient écrit : « Bring back Goodluck 2015 ». Oui, la marque d’un homme d’État diffère toujours de celle d’un chef d’État.
 
Alors, Monsieur le Président sortant, ravis sommes-nous d’avoir accompli notre devoir civique qui est de vous saisir sur le caractère provocateur et mensonger de cette affiche, mais nous n’escomptons d’aucune manière l’éveil de bonnes mœurs d’un régime qui nous a toujours habitués a du « superflu ».
 
Que l’Eternel bénisse le Togo !
 
Béni K. Sylvestre
Journaliste-Ecrivain

 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*