Le mandat social de Faure Gnassingbé, un « mandat souffrance » ?

image_pdfimage_print

faure_affiche_eleves


Nous ne cesserons jamais de le dire. Les structures sanitaires publiques sont devenues un enfer pour les Togolais. Face à l’accueil discourtois que réservent certains agents de santé aux malades, il est indispensable qu’on puisse s’attarder sur la prestation des structures sociales au sein des hôpitaux.
 
D’après, nos informations ces structures sociales y sont installées pour aider les patients dont les parents sont pauvres. Elles réduisent les coûts des frais hospitaliers et d’autres. Ce qui est inhumain, beaucoup de témoignages indiquent que ce sont plutôt des malades dont les parents sont riches qui bénéficient souvent de la réduction des frais, pendant que les vrais indigents peinent avant d’avoir accès à ces faveurs. Parfois même, ces derniers sont renvoyés lorsqu’ils ont besoin de ces faveurs.
 
En effet, un jeune homme souffrant de l’Accident Vasculaire Cérébral a eu une rechute de sa maladie. Conduit à l’hôpital Campus de Lomé, après avoir fait deux jours dans le coma, il succomba le troisième jour. Durant son séjour, il était mis sous l’oxygène et plusieurs produits ont été prescrits. Et tenez-vous bien! Une heure d’oxygène coûte 5000 francs CFA. Or, la respiration du patient dont les parents sont vulnérables est maintenue normale grâce à l’oxygène pendant deux jours. Et le coût faisait 262. 000 francs CFA durant ce laps de temps. Malgré ces soins intensifs, la personne rendit l’âme. La structure sociale à qui les parents ont fait recours pour réduire les frais d’hospitalisation et de l’oxygène ne s’est même pas gênée. Les agents de cet hôpital ont exigé le règlement complet de la facture avant la délivrance du certificat de décès aux parents du défunt. Alors, doit-on encore croire à l’action sociale dans ces structures ? Quelle est l’importance de l’affaire sociale dans ces grands hôpitaux ? Faure Gnassingbé et son ministre de la santé doivent revoir le fonctionnement de ces structures sociales qui favorisent les riches en lieu et place des déshérités.
 
Source : [23/11/2016] Angelo G. , Corps Diplomatic Togo
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*