Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Selom Klassou a représenté ce vendredi Faure Gnassingbé à l’investiture du président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, réélu démocratiquement début octobre 2016 (officiel). | Mettre la pression pour les réformes : CAP 2015 en tournée fin août à partir de Tône (nord) | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.



Manifestations d’élèves : La STT « condamne » les violences de Dapaong et exige la « démission » du ministre Maganawé

image_pdfimage_print

stt_juillet2014

La Synergie des Travailleurs du Togo (STT) a condamné mardi, les actes de violences perpétrés lundi dans la ville de Dapaong (environ 664 km au nord de Lomé) lors d’une manifestation des élèves pour exiger la reprise normale des cours.

 

Les bureaux du préfet et ses collaborateurs ainsi que les locaux abritant la direction régionale de l’Education des Savanes ont été saccagés.
Une délégation gouvernementale de 7 ministres arrivée dans la ville pour s’entretenir avec les enseignants avait été prise à partie à l’hôtel de Dapaong.

 

Outre des dégâts matériels, des blessés ont été enregistrés. Ces manifestations ont poussé le gouvernement à fermer provisoirement tous les établissements scolaires à Dapaong. Rappelons qu’en 2013 déjà, deux élèves avaient perdu leur vie dans une manifestation similaire à Dapaong.

 

Ces manifestations font suite aux grèves à répétition déclenchées par la STT, paralysant notamment les secteurs de la santé et de l’éducation.

 

« La STT n’est aucunement responsable des événements de Dapaong. Le gouvernement sait celui qui est responsable, d’autant plus que les miliciens qui ont attaqué les travailleurs ont été assez clairs par rapport aux motifs qui les ont amenés à faire cela », a accusé Dr. Gilbert Tsolenyanou, porte-parole de la STT.

 

Selon lui, la STT « dégage toute responsabilité en ce qui concerne les événements survenus à Dapaong ».

 

« Nous les condamnons et déplorons le fait que les gens fassent encore usage de méthodes qui datent d’un autre siècle. Les travailleurs de la base de la Synergie de Cinkassé jusqu’à Lomé demande aujourd’hui, clairement la démission du ministre des enseignements primaire et secondaire Florent Maganawé. Et ce sera un point à inscrire aux revendications », a souligné Dr. Tsolenyanou.

 

Ce mardi, le calme est revenu à Dapaong, selon le correspondant de l’Agence Savoir News sur place. Par contre à Lomé, de petites manifestations sont observées dans certains quartiers où des groupes d’élèves sont allés +déloger+ leurs camarades des cours privés. FIN

 

Edem Etonam EKUE

 
source : savoir news
 

Commentaires

comments

Publié le 18 mars 2015 dans Envoyez cet article à un ami

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

*
:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer