Me Dodzi Apévon sur RFI : « moi personnellement, je n’irai pas voter »

image_pdfimage_print


C’est un secret de polichinelle que de dire que le processus électoral en cours et qui doit conduire dans quelques jours au 6ème scrutin présidentiel au Togo depuis l’avènement de la démocratie, n’est pas du goût du comité d’action pour le renouveau (CAR), le 3ème parti politique le plus important sur l’échiquier politique, conformément aux résultats des élections législatives de juillet 2013, après l’Union pour la République (UNIR) de Faure Gnassingbé, chef de l’Etat actuel et l’Alliance nationale pour le changement (ANC) de Jean-Pierre Fabre.

Me Paul Dodzi Apévon, président national de ce parti a encore affirmé ce dimanche sur RFI cette aversion qu’il nourrit contre le processus électoral en ces termes : « moi personnellement, je dis je n’irai pas voter ».

Est-ce une consigne de boycott que le député est en train de donner à ses militants et ses sympathisants ? Cela en a tout l’air. La preuve, c’est que le successeur de l’ancien premier ministre, Me Yawovi Agboyibo à la tête du CAR, a tout peint en noir avant de dire que la balle est dans le camp des Togolais.

« Quand on dit que les conditions ne sont pas remplies et qu’on est en train de nous tromper une fois de plus, les réformes ne sont pas faites, rien n’est fait, le pouvoir va sortir encore gagnant de ces élections, les Togolais sont matures pour savoir ce qu’il y a lieu de faire », a-t-il déclaré.

Dans le plus récent communiqué de ce parti, rendu public à la suite de la satisfaction exprimée par les partis politiques et regroupements de partis politiques impliqués dans le processus, lors de la rencontre des experts de l’Organisation internationale pour la francophonie (OIF) avec le comité de suivi du processus électoral sur le fichier électoral, le CAR a clairement accusé le Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP).

Dans ce communiqué, le CAR a estimé que le problème des doublons dans le fichier électoral de 2013 a été créé de toutes pièces pour détourner l’attention des Togolais des réformes constitutionnelles et institutionnelles à réaliser avant la tenue de toute élection au Togo.

Les plus de trois (3) millions d’électeurs togolais ont le choix entre cinq (5) candidats, à savoir le président de la République sortant, Faure Gnassingbé, Jean-Pierre Fabre du CAP 2015, Aimé Tchabouré Gogué de l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), Gerry Komandéga Taama du Nouvel engagement togolais (NET) et Me Mouhamed Tchassona Traoré du Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD).

Telli K.
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*