Mes Bourdon et Beauthier déclarent le dossier des incendies des marchés vide et profitable à quelqu’un

image_pdfimage_print

avocats_de_jpf

Le dossier des incendies des marchés de Kara et de Lomé est « vide » faute d’ « éléments factuels » et un non-lieu « rapide » doit être prononcé à l’endroit de Jean-Pierre Fabre, le président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) inculpé « à tort » dans cette affaire.

 

C’est en substance ce qu’ont déclaré à la presse mercredi Mes William Bourdon et Georges-Henry Beauthier, deux avocats européens venus prêter main forte à leurs confrères togolais dans cette affaire.

 

« On est en face d’un dossier où je mets au défi tout chercheur de trouver le nom de Jean-Pierre Fabre, si ce n’est Mohamed Loum, le principal accusateur qui lui a écrit par deux fois après son arrestation pour réclamer son intervention », a déclaré Me Bourdon avant d’ajouter que « quand bien même le principal accusateur n’aurait pas rétracté ses propos accusateurs, un simple témoignage, sans qu’il soit corroboré par un élément factuel, ne vaut rien ».

 

« Le dossier étant vide, à qui profite alors le crime ? », a-t-il demandé et de préciser qu’il ne leur appartient pas de répondre à cette question.

 

Au vu de tout cela, un mémoire sera préparé dans tous prochains jours et qui sera déposé sur le bureau du procureur et du juge d’instruction pour réclamer un non-lieu.

 

Pour les deux avocats, les juges togolais ont à écrire une page de l’histoire de la justice togolaise, en prononçant un non-lieu à l’endroit du président national de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC).

 

Le rôle des deux avocats des barreaux de Paris et de Bruxelles, c’est d’apporter dans ce dossier une « défense technique » en proposant une synthèse de démonstration et de déconstruction de l’apparence des charges, ce qui selon eux n’est pas difficile à faire, vu que Mohamed Loum s’est rétracté. Ils auront aussi pour charge de lever le voile sur « les inégalités de procédures ».

 

Autre chose, ce sera à eux d’apporter une touche internationale à cette affaire, qui selon eux est très suivie par certains décideurs de ce monde.

 

Pour Jean-Pierre Fabre, ceux qui échafaudent des plans pour l’éloigner de la présidentielle de 2015 seront surpris.

 

Les incendies des marchés de Kara et de Lomé ont survenu dans les nuits des 10 et 12 janvier 2013. Une instruction a été ouverte et plusieurs responsables du Collectif « Sauvons le Togo » (CST) ont été interpellés, mis en cause et inculpés dont M. Fabre, dans cette affaire.

 

Telli K.

 

Commentaires

comments

Laisser un commentaire

Saisissez votre mail.

*