Monnaie unique : Muhammadu Buhari veut que certains pays rompent d’abord avec le Francs CFA

0
90


Quatre chefs d’Etat du groupe de travail sur la monnaie unique de la CEDEAO ont posé, mercredi 21 février dernier à Accra (Ghana), les bases de la création d’une monnaie unique tant souhaitée et désirée par l’organisation sous régionale.
Ces quatre chefs d’Etat sont Faure Gnassingbé du Togo (président en exercice de la CEDEAO), Nana Akufo-Addo du Ghana, Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire et Mamadou Issifou du Niger. La rencontre d’Accra a permis à ce groupe de présidents, de décliner une nouvelle feuille de route pour la création de la monnaie unique. Ils ont par ailleurs annoncé la création cette année d’un institut monétaire commun qui aura la charge de réduire les critères de convergence et fédérer les institutions existantes. Une démarche saluée de partout par les populations, y compris celles du géant Nigérian.
Le président de la République du Nigeria a néanmoins, quelques réserves et observations sur la question. Il vient d’envoyer par la voix du gouverneur de la Banque centrale du Nigeria, un message à ses pairs des pays francophones membres de la CEDEAO.
Selon Muhammadu Buhari, les pays qui utilisent le Francs CFA devraient donner un calendrier clair de désengagement de cette monnaie et rompre tout lien avec le trésor français. Les intentions dit-il, au sujet des inflations ne seront réelles que si ces pays s’engagent dans cette voie. Converger seulement les économies, affirme-t-il, ne suffirait pas.
Il faut rappeler qu’à Accra, les chefs d’Etat ont réaffirmé la volonté politique de l’ensemble des pays de l’espace communautaire à parvenir à une monnaie unique d’ici 2020.
A.Y.
afreepress
 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrer votre commentaire
Entrer votre nom ici