La municipalité de Lomé part en guerre contre la nuisance sonore

image_pdfimage_print

Adegno_Foga


Lomé, la capitale togolaise s’agrandit à une vitesse vertigineuse. Et parfois l’urbanisation de la ville ne suit pas, l’accroissement urbain. Une des conséquences de cette situation est que depuis un certain temps, on assiste à l’obstruction à la mobilité urbaine par des tenanciers de bars, restaurants et débits de boisson qui occupent l’emprise des voies publiques.
 
Cette situation ne peut plus durer car la délégation spéciale de la ville de Lomé vient de réagir à travers un communiqué. Elle demande aux contrevenants de dégager à défaut de s’exposer à la rigueur de la loi.
 
« Des sanctions allant de la saisie de matériels jusqu’à l’interdiction pure et simple de ces activités seront infligés à tout contrevenant », lit-on dans le communiqué signé du président de la délégation spéciale de la ville, le contre-amiral Adegno Foga.
 
Par ailleurs, des tenanciers de bar et restaurant et débit de boisson opérant à Lomé qui mettent leur décibel à « un niveau inacceptable », sont aussi dans le visé de la délégation spéciale. Ceux-ci organisent aussi en pleine rue dans le cadre de leurs activités des spectacles de nature à pervertir de bonnes mœurs.
 
Ces situations qui créent surtout des nuisances sonores insupportables viennent de surcroit perturber sérieusement la tranquillité des paisibles citoyens de notre capitale. Afin de mettre fin à ces tapages, la municipalité de Lomé demande à ces opérateurs de ce ressaisir sans délai en respectant les dispositions relatives à la tranquillité publique. « Le payement des taxes et l’ouverture tardive ne sauraient justifier ces genres de dérives », écrit Adegno qui demande également aux exploitants de moulins et aux ateliers de traitement de bois de respecter rigoureusement des heures de repos des paisibles citoyens.
 
Lomé, la capitale togolaise s’agrandit à une vitesse vertigineuse. Et parfois l’urbanisation de la ville ne suit pas, l’accroissement urbain. Une des conséquences de cette situation est que depuis un certain temps, on assiste à l’obstruction à la mobilité urbaine par des tenanciers de bars, restaurants et débits de boisson qui occupent l’emprise des voies publiques.
 
Cette situation ne peut plus durer car la délégation spéciale de la ville de Lomé vient de réagir à travers un communiqué. Elle demande aux contrevenants de dégager à défaut de s’exposer à la rigueur de la loi.
 
« Des sanctions allant de la saisie de matériels jusqu’à l’interdiction pure et simple de ces activités seront infligés à tout contrevenant », lit-on dans le communiqué signé du président de la délégation spéciale de la ville, le contre-amiral Adegno Foga.
 
Par ailleurs, des tenanciers de bar et restaurant et débit de boisson opérant à Lomé qui mettent leur décibel à « un niveau inacceptable », sont aussi dans le visé de la délégation spéciale. Ceux-ci organisent aussi en pleine rue dans le cadre de leurs activités des spectacles de nature à pervertir de bonnes mœurs.
 
Ces situations qui créent surtout des nuisances sonores insupportables viennent de surcroit perturber sérieusement la tranquillité des paisibles citoyens de notre capitale. Afin de mettre fin à ces tapages, la municipalité de Lomé demande à ces opérateurs de ce ressaisir sans délai en respectant les dispositions relatives à la tranquillité publique. « Le payement des taxes et l’ouverture tardive ne sauraient justifier ces genres de dérives », écrit Adegno qui demande également aux exploitants de moulins et aux ateliers de traitement de bois de respecter rigoureusement des heures de repos des paisibles citoyens.
 
lomévi (www.togoactualite.com)
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*