Ouverture ce mardi à Lomé, d’un séminaire de lancement du processus d’élaboration de la « Vision Togo 2030 »

image_pdfimage_print

togo_vision_2030

Le séminaire de lancement du processus d’élaboration de la « Vision Togo 2030 » a été ouvert ce mardi à Lomé lors d’une cérémonie présidée par le Premier Ministre, Kwesi Séléagodji Ahoomey-Zunu, a constaté un journaliste de Savoir News.

 

La rencontre organisée par le ministère auprès de la présidence de la république chargé de la prospective et de l’évaluation des politiques publiques avec l’appui financier et technique de la Banque Mondiale, a connu la participation de plusieurs personnalités notamment parmi lesquelles Dr.Alioune Sall (Directeur de l’Institut des « futurs africains ») et M. Magueye Dia (Chargé du développement du secteur privé et du secteur financier pour la Banque Mondial au Togo).

 

Des membres du gouvernement, des députés à l’Assemblée nationale, des membres du corps diplomatique et des centaines de personnes venant des organisations syndicales, de la société civile et du secteur privé ont également assisté à la cérémonie.

 

L’objectif de ce séminaire est d’informer les populations sur le processus d’élaboration de la « vision Togo 2030 » et de voir de façon participative, les éléments à partir desquels une vision partagée du « Togo futur » pourrait être construit par tous les togolais vue que, le pays n’a pas encore un mécanisme d’exploration systématique du futur, a expliqué Professeur Kako Nubukpo, ministre en charge de la prospective et de l’évaluation des politiques publiques.

 

La vision Togo 2030 est en fait une démarche prospective qui va s’appuyer sur des analyses rétrospectives et les espérances les plus profondes de tous les togolais pour construire de façon rationnelle, tous les scénario possibles pour le Togo à l’Horizon 2030, dans un souci d’aide à la décision stratégique pour permettre de réduire les incertitudes face à l’avenir et de prioriser et légitimer les actions.

 

Pour M. Nubukpo, « c’est un exercice qui est particulièrement intéressant dans le mesure où, il conjugue trois éléments : la crédibilité scientifique, la participation citoyenne et la viabilité politique ».

 

« Et donc, nous espérons qu’au terme du séminaire et surtout au terme du processus d’élaboration, nous aurons un document de +vision Togo 2030+ dans lequel toutes les togolaises et tous les togolais pourraient se reconnaître. (…) C’est pour cela que dans cette exercice, ce qui compte c’est ce que pense l’ensemble des togolais. Il s’agira pour nous de faire en sorte que les togolais parlent aux togolais au-delà des clivages politiques, des contingences électorales. Il faudra que nous construisions ensemble le Togo de demain dans lequel toutes les filles et tous les fils du Togo puissent se reconnaître », a-t-il souligné.

 

Tout en soulignant l’impérieuse nécessité qu’a la Togo de passer d’une logique de choix à courte vue à celle de la prospective devant l’inadéquation entre l’accroissement de la population et la raréfaction des ressources disponibles, le Premier ministre a invité « tous les acteurs du développement notamment le gouvernement, les institutions de la république, les collectivités locales, le secteur privé, la société civile, et les donateurs à une participation active et effective afin que les travaux de ce séminaire soient une totale réussite ».

 

Selon M.Ahoomey-Zunu, il est important de doter le Togo d’une vision à long terme, « dans un processus participatif ».

 

« Cette vision doit démontrer un sens rigoureux de l’anticipation, une capacité d’appréciation prudente et efficace des besoins et des moyens à mettre au service du développement socio-économique. Elle doit reposer sur l’engagement fort des dirigeants de ne viser que l’intérêt général dans leurs choix politiques et économiques et d’avoir le souci d’une gestion responsable des ressources publiques », a-t-il souligné.

 

« La +Vision 2030+ doit être un instrument qui ait en vue la nécessité de la cohésion nationale, du progrès pour tous et par tous. Cette vision ne peut réussir que si elle offre aussi les garanties d’une protection des droits individuels et collectifs et des libertés publiques. Mais elle doit aussi donner les moyens à l’Etat de maintenir l’ordre public, de lutter contre les comportements libertaires qui sont autant d’entraves à la cohésion nationale », a ajouté le chef de gouvernement. FIN

 

Sosthène HOUMEY-HAKEH (Stagiaire)

 

Savoir News

 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*