Politique : Démission du Premier ministre Séléagodji Ahoomey-Zunu et de son gouvernement

image_pdfimage_print

ahoumey-zunu-53e-congres

Le Premier ministre Séléagodji Ahoomey-Zunu a présenté ce vendredi, sa démission ainsi que celle de l’ensemble du gouvernement au chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé, selon un communiqué de la présidence togolaise.

 

« Au terme d’un processus libre, équitable, transparent et démocratique, le peuple togolais a renouvelé le 25 avril 2015, sa confiance au Président de la République, en le reconduisant à la Magistrature suprême. Conformément à la pratique républicaine et à l’article 66 de notre Constitution, le Premier ministre, Monsieur Séléagodji Ahoomey-Zunu a présenté ce jour, 22 mai 2015, au Président de la République, sa démission ainsi que celle de l’ensemble du gouvernement », souligne le communiqué lu à la télévision nationale par son directeur Kouessan Yovodevi.

 

« Le Président de la République a accepté cette démission et a saisi l’occasion pour se féliciter des efforts qui ont été déployés par le Premier ministre et les membres du Gouvernement dans l’accomplissement de leurs missions. Ces efforts se sont traduits par les progrès que notre pays a enregistrés dans les domaines économique et social », précise le communiqué.

 

Faure Gnassingbé a « instruit le Premier ministre d’expédier les affaires courantes ».

 

Précisons que M.Ahoomey-Zunu (57 ans), occupe le poste de Premier ministre depuis juillet 2012.

 

Pratique républicaine, la démission du Premier ministre intervient au lendemain d’un scrutin, notamment la présidentielle et les législatives.

 

Les Togolais étaient appelés aux urnes le 25 avril dernier pour la présidentielle, scrutin remporté par le président Faure Gnassingbé avec 58,77% des suffrages contre 35,19% pour son principal adversaire Jean Pierre Fabre.

 

Ce dernier, qui n’a pas déposé de recours devant la Cour constitutionnelle, conteste les résultats, dénonçant de « graves irrégularités ».

 

Mais les observateurs (nationaux et internationaux) déployés sur le terrain, n’ont pas dénoncé de fraudes. Ils ont jugé ce scrutin libre et transparent. FIN

 

Junior AUREL

 
source : savoir news

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*