Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Selom Klassou a représenté ce vendredi Faure Gnassingbé à l’investiture du président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, réélu démocratiquement début octobre 2016 (officiel). | Mettre la pression pour les réformes : CAP 2015 en tournée fin août à partir de Tône (nord) | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.
 

Politique : Démission du Premier ministre Séléagodji Ahoomey-Zunu et de son gouvernement

image_pdfimage_print

ahoumey-zunu-53e-congres

Le Premier ministre Séléagodji Ahoomey-Zunu a présenté ce vendredi, sa démission ainsi que celle de l’ensemble du gouvernement au chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé, selon un communiqué de la présidence togolaise.

 

« Au terme d’un processus libre, équitable, transparent et démocratique, le peuple togolais a renouvelé le 25 avril 2015, sa confiance au Président de la République, en le reconduisant à la Magistrature suprême. Conformément à la pratique républicaine et à l’article 66 de notre Constitution, le Premier ministre, Monsieur Séléagodji Ahoomey-Zunu a présenté ce jour, 22 mai 2015, au Président de la République, sa démission ainsi que celle de l’ensemble du gouvernement », souligne le communiqué lu à la télévision nationale par son directeur Kouessan Yovodevi.

 

« Le Président de la République a accepté cette démission et a saisi l’occasion pour se féliciter des efforts qui ont été déployés par le Premier ministre et les membres du Gouvernement dans l’accomplissement de leurs missions. Ces efforts se sont traduits par les progrès que notre pays a enregistrés dans les domaines économique et social », précise le communiqué.

 

Faure Gnassingbé a « instruit le Premier ministre d’expédier les affaires courantes ».

 

Précisons que M.Ahoomey-Zunu (57 ans), occupe le poste de Premier ministre depuis juillet 2012.

 

Pratique républicaine, la démission du Premier ministre intervient au lendemain d’un scrutin, notamment la présidentielle et les législatives.

 

Les Togolais étaient appelés aux urnes le 25 avril dernier pour la présidentielle, scrutin remporté par le président Faure Gnassingbé avec 58,77% des suffrages contre 35,19% pour son principal adversaire Jean Pierre Fabre.

 

Ce dernier, qui n’a pas déposé de recours devant la Cour constitutionnelle, conteste les résultats, dénonçant de « graves irrégularités ».

 

Mais les observateurs (nationaux et internationaux) déployés sur le terrain, n’ont pas dénoncé de fraudes. Ils ont jugé ce scrutin libre et transparent. FIN

 

Junior AUREL

 
source : savoir news

Commentaires

comments

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

*

Publié le 23 mai 2015


Catégorie(s) : Politique
Tags : , , , ,

"Je suis Jean-Pierre FABRE, je ne suis pas à vendre ni à acheter. Je ne vénère pas l'argent."



A LA UNE


Spolié mais stoïque, ce peuple mérite mieux. Mais, c'est écrit, il y aura l'alternance au Togo.


:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer