Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Selom Klassou a représenté ce vendredi Faure Gnassingbé à l’investiture du président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, réélu démocratiquement début octobre 2016 (officiel). | Mettre la pression pour les réformes : CAP 2015 en tournée fin août à partir de Tône (nord) | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.



Pr Komi Wolou : « Il n’appartient pas à un ministre de déterminer une date pour les élections en dehors des délais constitutionnels »

image_pdfimage_print

Pr-Komi-Wolou_140


Si la date de l’élection présidentielle prochaine n’est pas fixée entre le 17 février et le 5 mars 2015, « selon l’avis de la Cour constitutionnelle », le Togo est parti pour tenir le scrutin présidentiel dans les délais qui ne sont pas « constitutionnels ».C’est ce qu’a essayé d’expliquer ce dimanche dans l’émission « 12-13 » de la radio Nana FM, l’agrégé des facultés de droit, Pr Komi Wolou, porte-parole du Pacte socialiste pour le renouveau (PSR), parti membre du Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP 2015).
 
« Mais si le ministre dit que les élections auront lieu en avril, bien évidemment, il se situe dans des délais qui ne sont pas des délais constitutionnels. Une fois encore, ce régime bafoue et foule au pied la Constitution », a-t-il ajouté.
 
Le délai du 5 mars, selon lui, ne peut être tenu « matériellement », ce qui risque de créer « une situation de vide juridique et d’insécurité », a laissé entendre le responsable du CAP 2015.
 
Comme solution, il a proposé que les acteurs politiques dans leur ensemble, fassent preuve « d’humilité », s’asseyent et discutent aussi bien des questions de réformes et de la date des élections.
 
Il a certes reconnu que c’est le gouvernement qui fixe la date de l’élection présidentielle par décret mais dans le cas actuel, le gouvernement seul ne peut le faire, encore moins, un ministre. « Il n’appartient pas à un ministre, même s’il est ministre de l’administration territoriale, de déterminer unilatéralement une date en dehors des délais constitutionnels », a-t-il indiqué.
 
Il faut dire que cette position de M. Wolou est la réponse aux propos tenus par le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de collectivités locales, Gilbert Bawara pour qui l’élection présidentielle va se tenir en mi-avril 2015, conformément au communiqué critiqué de la Cour constitutionnelle.
 
Telli K.
 
source : afreepress
 

Commentaires

comments

Publié le 9 février 2015 dans Envoyez cet article à un ami

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

*
:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer