Présidentielle du 15 avril 2015 : Michaëlle Jean élucide sur la mission de l’OIF envoyée au Togo

image_pdfimage_print

Michaelle_Jean


Invitée de l’émission « Internationales » sur RFI ce dimanche, la nouvelle secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), la Canadienne Michaëlle Jean, a donné les objectifs de la mission que l’institution qu’elle dirige a déployée au Togo dans le cadre du processus électoral en cours pour la présidentielle du 15 avril 2015.« Nous avons une mission déployée au Togo pour examiner le contentieux du fichier électoral, pour voir ce qui ne va pas. Nous travaillons avec la Commission électorale nationale indépendante (CENI) pour voir là où le problème se pose ».
 
A la question si l’OIF peut éventuellement recommander au Togo le report de l’élection présidentielle du 15 avril 2015 s’il advenait que la mission se rend compte que les choses ne sont pas prêtes, l’ancienne gouverneur général du Canada a répondu par l’affirmative.
 
« C’est notre devoir de le faire et nous sommes appelés aussi pour cela. Nous sommes là en cas de contentieux comme nous sommes aussi là pour accompagner le processus électoral », a-t-elle indiqué.
 
Le 20 mars dernier, à l’occasion de la célébration de la journée internationale de la Francophonie, l’OIF a accompagné avec une enveloppe financière de 72 millions de francs CFA, quatre (4) institutions impliquées à des degrés divers dans le processus électoral en cours. Il s’agit de la Cour constitutionnelle, de la CENI, du Haut-commissariat des Nations Unies pour les droits de l’homme au Togo (HCDH-Togo) et de la Commission épiscopale justice et paix.
 
L’OIF, selon sa première responsable, va continuer d’accompagner le processus électoral en étant présente pendant la tenue du scrutin. « Nous voulons nous assurer qu’il se passe bien. C’est très important parce que les investisseurs attachent une importance particulière à cela. C’est une carte très importante pour la crédibilité du pays », a-t-elle précisé.
 
Depuis mardi, deux (2) experts de l’OIF sont aux côtés de la CENI pour consolider le fichier électoral en proie à des contestations.
 
Le Combat pour l’alternance politique en 2015 (CAP 2015), un regroupement de cinq (5) partis politiques de l’opposition qui a pour candidat, Jean-Pierre Fabre, dit avoir découvert dans le fichier électoral de 2013, sur la base duquel la révision des listes électorales a été faite du 20 janvier au 23 février 2015, 29.000 doublons sur un échantillon de 50 centres de recensement et de vote (CRV), alors qu’il y en a jusqu’à plus de 1700 CRV.
 
Alberto Olympio, président du Parti des Togolais, a préféré à la dernière minute ne pas déposer sa candidature parce que pour lui, si le fichier électoral restait en l’état, il donnerait un avantage de plus de 40% au candidat du parti au pouvoir, Faure Gnassingbé sur les autres candidats à cette élection présidentielle.
 
Telli K.
 
source : afreepress
 

Commentaires

comments

Ecrire un commentaire

Saisissez votre mail.

Please type the characters of this captcha image in the input box

Merci de taper les caractères de l'image Captcha dans le champ

*