Il est
Flash info :: | Le coup de force électoral d’avril 2015 au Togo | Selom Klassou a représenté ce vendredi Faure Gnassingbé à l’investiture du président du Cap-Vert, Jorge Carlos Fonseca, réélu démocratiquement début octobre 2016 (officiel). | Mettre la pression pour les réformes : CAP 2015 en tournée fin août à partir de Tône (nord) | Le match amical Gabon-Togo de fin mai prochain n’aura pas lieu. | Commémoration des 56 ans d’indépendance du Togo: Faure Gnassingbé a ouvert officiellement les portes du Radisson Blu 02 février ce 26 avril 2016.
 

Présidentielle du 25 avril : Un baron du pouvoir confirme lors d’une réunion l’imminence de l’alternance au Togo

image_pdfimage_print

carri_alternance_en_marche


. « La pierre de l’alternance est désormais en chute libre au-dessus de nos têtes. Nos chances de frauder sont désormais très minces »
 
Ils sont nombreux, les Togolais à se démotiver au sujet du processus électoral actuel, la plupart ne croyant à aucune issue heureuse. Et d’ailleurs au niveau des caisses de résonance du pouvoir et de certains opposants conditionnés, on chante d’ores et déjà la victoire de Faure Gnassingbé. Mais loin de ces artifices, l’alternance semble imminente. Et au niveau du pouvoir en place, on fait presque dans ses frocs et échafaude des plans pour la saborder. Un cadre du pouvoir en a fait la révélation au cours d’une réunion tenue la semaine dernière à Lomé. Et parmi ces stratégies mijotées, figure en bonne place l’option de manœuvres pour pousser les populations au boycott du scrutin.
 
Les propos d’un cadre du pouvoir aux siens
 
La campagne électorale a cours depuis le vendredi 10 avril à zéro heure. Et pour cette drague électorale, les Etats-majors des différents candidats ont multiplié des réunions pour mettre au point les meilleures stratégies de conquête de l’électorat. C’est dans ce cadre qu’au sein du parti au pouvoir, des rencontres officielles aux plus discrètes ouvertes seulement aux initiés ont lieu. L’une de ces rencontres discrètes des dignitaires du régime a justement été tenue les jeudi et vendredi derniers à Lomé, pour réfléchir globalement sur le processus et la tournure négative des événements. Et c’est à cette occasion qu’un ponte du régime, patron d’une institution de la République, un homme de la vieille école embarqué par  le Fils dans son bateau après services rendus au Père (nous taisons volontairement le nom, mais il est assez facile pour tout observateur éclairé de l’identifier) a tenu des propos qu’il convient de rapporter ici fidèlement. Lisez plutôt ces déclarations à nous rapportées par une source informée.
 
 « Mes amis, les carottes sont cuites, la pierre de l’alternance est désormais en chute libre au-dessus de nos têtes, et c’est chacun pour soi pour protéger sa tête. Nos chances de frauder sont désormais très minces. Ces gens de Cap ont fait un lobbying terrible qui nous coince désormais. Sauf, je dis bien sauf si nous réussissions à encourager une abstention massive le 25 avril 2015. Nous devons mettre tout en œuvre pour décourager les électeurs de l’opposition d’aller voter. Il faut leur faire peur afin qu’ils quittent le pays le jour du vote, ou semer le doute dans leur tête en leur faisant croire que le candidat de Cap 2015 est de mèche avec nous, s’il le faut, les encourager à ne pas voter en leur donnant de l’argent qui vous sera remis mardi. Bref, il faut tout faire pour qu’ils ne votent pas massivement à cette élection. C’est notre seule chance pour frauder ».
 
L’alternance à portée de main, panique générale au sein du pouvoir
 
C’est une réalité, bien de Togolais sont découragés par la préparation du processus électoral et n’en entrevoient pas un aboutissement heureux. Dans les rangs des caisses de résonance du pouvoir et de certains leaders de l’opposition conditionnés à coups d’espèces sonnantes et trébuchantes, on donne Faure Gnassingbé déjà vainqueur du scrutin du 25 avril prochain. Et à l’appui de cette assertion, on avance l’absence des réformes, un pseudo bilan positif qui plaiderait en sa faveur, sa mainmise sur le processus, les achats de consciences, entre autres. Mais visiblement, ce ne sont que des faux-fuyants. Le grand enseignement à retenir de ces propos tenus par ce baron du pouvoir, c’est que l’alternance est imminente, et c’est la peur-panique dans le sérail.
 
L’épuration du fichier électoral que le pouvoir a été obligé d’effectuer suite aux cris et lobbying formel du Combat pour l’alternance politique en 2015 (Cap 2015) auprès des institutions internationales ont fini de détruire les sources ultimes de fraudes basées sur les doublons et autres anomalies monstres du fichier électoral. On retiendra que ce travail effectué par les experts de l’Organisation internationale de la francophonie (Oif) fait mal, très mal, loin des sourires affichés par les dignitaires du régime sur les médias et la récupération politique faite  par le pouvoir fait en réalité mal. Ces propos du ponte du régime sont un aveu ouvert que l’alternance est plus que proche. La question qui se pose désormais, c’est sa gestion. Et c’est ici que des voix s’élèvent d’ores et déjà pour appeler à éviter la chasse aux sorcières, la vengeance qui risquent d’être préjudiciables pour la paix sociale.
 
Les pistes de boycott, d’argent et de la peur explorées pour démobiliser
 
Nous l’avons relevé à maintes reprises dans nos colonnes que le boycott du scrutin prôné par certains partis de l’opposition en réponse à la non mise en œuvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles recommandées par l’Accord politique global (Apg) est un piège tendu aux Togolais par ses défenseurs, que cela participe d’une stratégie mise en place dans les couloirs obscurs du pouvoir et qu’il aura plutôt un effet boomerang. Les déclarations du baron ici rapportées n’en sont que la nième confirmation.
 
Dans les stratégies, il est opté pour des manœuvres d’intoxication visant à faire passer auprès de l’opinion Jean-Pierre Fabre comme complice du pouvoir. Et il est loisible de remarquer  que ce travail de sape est effectué depuis un moment par les responsables du « parti des déshérités », et cette mission a été réactivé récemment. « (…) Le Car s’étonne que l’Anc et l’Unir s’ingénient aujourd’hui à entretenir la diversion en tentant de détourner l’attention des Togolais de la question des reformes en faisant semblant de la confondre avec le problème du fichier électoral. Pour faire avaler la pilule aux populations, les deux partis sont allés chercher le Président de la Cedeao, son Excellence John Dramani Mahama, pour venir à Lomé annoncer la nouvelle. Le Car tient a dénoncer vigoureusement la manœuvre. Les auteurs de la manœuvre ferment pour longtemps la voie à l’alternance démocratique si le scrutin présidentiel programmé pour le mois d’avril vient à se tenir sans le rétablissement des deux tours de scrutin et le règlement de la question de la limitation de mandat présidentiel. C’est le lieu de souligner que si l’Anc ne s’était pas entendue avec l’Unir pour empêcher les reformes, elle n’aurait pas offert à Faure Gnassingbé la possibilité de se prévaloir de la Constitution en vigueur pour s’octroyer le prochain mandat présidentiel et briguer d’autres mandats à l’avenir», lit-on dans une nième déclaration en date du 30 mars dernier pondue par le parti. Son président, Me Dodji Apévon a laissé entendre  que « les deux partis se sont ligués pour empêcher les réformes ».
 
La peur reste l’autre piste explorée visant à pousser les populations à se retenir d’aller voter le 25 avril prochain, à coups d’actions violentes ou de forcings qui présageraient d’une issue funeste, et les plus craintifs à franchir les frontières avant le jour du scrutin et ne revenir qu’après « le déluge », c’est-à-dire les violences qui accompagnent souvent la proclamation de résultats tronqués. Pour des observateurs avisés, c’est dans cette perspective qu’il faut placer les intimidations et menaces indirectes proférées à l’endroit des populations et des journalistes par Gilbert Bawara lors de sa fameuse tournée de sensibilisation à des élections apaisées ; mais aussi l’agression perpétrée sur le militant du Cap 2015 qui collait des affiches de Jean-Pierre Fabre au niveau de la Colombe de la Paix au petit matin du vendredi 10 avril dernier, et les intimidations d’un groupe de corps habillés sur les populations à Dankpen.
 
Quant à l’argent, il circule déjà depuis longtemps. Les opposants loosers naturels partisans du boycott, l’autre façon d’offrir le 3e mandat à Faure Gnassingbé sur un plateau d’or et les JMP (Journalistes en mission pour le pouvoir) ne démentiront sûrement pas. Il en est aussi suffisamment injecté dans les achats des consciences. Et comme révélé, il en sera encore décaissé abondamment pour acheter le boycott du scrutin par des électeurs.
 
Ces stratégies seront mises en œuvre dans les prochains jours, à ce moment décisif  du processus. Un homme averti en vaut mille, dit-on. Il urge donc aux électeurs, et surtout les partisans de l’alternance d’éviter de tomber dans ces pièges.
 
source :Tino Kossi Liberté Hebdo
 

Commentaires

comments

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

*

Publié le 15 avril 2015


Catégorie(s) : Politique
Tags : , , , , , , , , , , ,

"Je suis Jean-Pierre FABRE, je ne suis pas à vendre ni à acheter. Je ne vénère pas l'argent."



A LA UNE


Spolié mais stoïque, ce peuple mérite mieux. Mais, c'est écrit, il y aura l'alternance au Togo.


:: FLASH INFO :: Christophe Sander, est désormais le nouvel ambassadeur d’Allemagne au Togo ‎
:: FLASH INFO :: JP Fabre Le vice president de la Ceni M. Pedro Amuzu denonce les resultats publies et demande la retractation de ces résultats ‎
:: FLASH INFO :: Simone Gbagbo devant le juge ce vendredi ‎
:: FLASH INFO :: La population de nouveau appelée à descendre dans la rue le 12 décembre en rouge ‎
:: FLASH INFO :: Togo : « Pas de bonnes conditions, plus d'élections » (Frac) ‎
:: FLASH INFO :: La CENI reporte sine die le démarrage de la révision des listes électorales ‎
Fermer